Paradis Fiscaux et Judiciaires

Coup d’Etat en Birmanie : l’ONU enquête sur des crimes contre l’humanité

lundi 31 janvier 2022 par paradisfj.info

Coup d’Etat en Birmanie : l’ONU enquête sur des crimes contre l’humanité

31 janv. 2022

Plus de mille personnes pourraient avoir été tuées depuis le coup d’Etat en Birmanie dans des circonstances pouvant être qualifiées de crimes contre l’humanité ou de crimes de guerre, a déclaré lundi le chef des enquêteurs de l’ONU.

Plus de mille personnes pourraient avoir été tuées depuis le coup d’Etat en Birmanie dans des circonstances pouvant être qualifiées de crimes contre l’humanité ou de crimes de guerre, a déclaré lundi le chef des enquêteurs de l’ONU.

Le 1er février 2021, l’armée birmane renversait la dirigeante civile Aung San Suu Kyi et mettait fin à une décennie de transition démocratique, opérant depuis une répression sanglante.

« Tragiquement, les informations reçues au cours de l’année dernière suggèrent que bien plus de mille personnes ont été tuées dans des circonstances pouvant être qualifiées de crimes contre l’humanité ou de crimes de guerre », a dit Nicholas Koumjian, à la tête du Mécanisme onusien d’enquête indépendant pour la Birmanie.

« Les forces de sécurité ont détenu des milliers de civils dans des circonstances qui comportent des allégations crédibles de détention arbitraire, de tortures, de violences sexuelles et même de meurtres en détention », a-t-il ajouté dans un communiqué.

Ce mécanisme d’enquête a été « en mesure de rassembler un grand nombre de documents pertinents concernant ces événements et nous ajoutons presque quotidiennement des informations et des preuves à nos dossiers ».

Créé par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU en septembre 2018, ce mécanisme d’enquête a pour mandat de recueillir des éléments de preuve attestant de la commission de crimes internationaux les plus graves et de violations du droit international en Birmanie et de constituer des dossiers en vue de faciliter des procédures pénales.

« Ceux qui envisagent de commettre des crimes doivent savoir que les crimes internationaux graves sont imprescriptibles », a souligné M. Koumjian.

« La justice internationale a la mémoire très longue et, un jour, les auteurs des crimes internationaux les plus graves commis en Birmanie devront rendre des comptes », a-t-il averti, avertissant que les enquêteurs onusiens suivent « de près les événements ».

Un an après le renversement par l’armée du gouvernement civil, les poches de rébellion se multiplient et poussent la junte à intensifier la répression, des violences qui ont entraîné le déplacement de dizaines de milliers de personnes.

Près de 1.500 civils ont été tués, près de 12.000 arrêtés, d’après une ONG locale qui recense des cas de viols, de tortures et d’exécutions extrajudiciaires. Plusieurs massacres de villageois ont récemment été imputés aux militaires.


Accueil | Contact | Mentions légales | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 59 / 2365484

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Les dictatures  Suivre la vie du site LA BIRMANIE   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.3 + AHUNTSIC

Creative Commons License