Paradis Fiscaux et Judiciaires

Credit Suisse : au Kazakhstan, la fortune offshore du président qui se voulait chevalier blanc

lundi 21 février 2022 par paradisfj.info

Credit Suisse : au Kazakhstan, la fortune offshore du président qui se voulait chevalier blanc

Par Le Monde (avec l’OCCRP)
Publié aujourd’hui à 04h51, mis à jour à 06h00

Enquête « Suisse Secrets » | Kassym-Jomart Tokaïev, qui a vilipendé en janvier l’enrichissement des oligarques proches de son prédécesseur, possède d’importants fonds à l’étranger, soigneusement dissimulés jusqu’à ce jour.

Désavouer son mentor pour apaiser la foule en colère. Tel est l’exercice acrobatique auquel a dû se livrer Kassym-Jomart Tokaïev au mois de janvier après la violente répression du soulèvement populaire contre les inégalités au Kazakhstan. « Un groupe d’entreprises très rentables est apparu dans le pays, de même qu’un groupe d’individus fortunés ; je pense qu’il est temps de rembourser le peuple du Kazakhstan de manière systématique et régulière », a déclaré le président kazakh, le 11 janvier, dans une adresse à la nation, en ciblant de façon inédite son prédécesseur Noursoultan Nazarbaïev (1990-2019) et les oligarques qui lui sont proches, accusés de s’être enrichis sur le dos du peuple.

Ce discours de chevalier blanc vient aujourd’hui se heurter à l’enquête internationale « Suisse Secrets », qui révèle que M. Tokaïev possède lui-même d’importantes richesses à l’étranger, soigneusement dissimulées jusqu’à aujourd’hui.

« Suisse Secrets »
Enquête sur les clients douteux de Credit Suisse

« Suisse Secrets » est une enquête collaborative basée sur la fuite d’informations issues de plus de 18 000 comptes bancaires administrés par Credit Suisse depuis les années 1940 jusqu’à la fin des années 2010. Ces données ont été transmises par une source anonyme, il y a un peu plus d’un an, au quotidien allemand Süddeutsche Zeitung, qui les a partagées avec quarante-sept médias internationaux, dont Le Monde et le consortium d’investigation Organized Crime and Corruption Reporting Project ou OCCRP.

Ces données ont été passées au peigne fin par 152 journalistes issus de trente-neuf pays. Ceux-ci ont, en outre, interrogé d’anciens responsables de la banque, ainsi que des régulateurs et des magistrats anticorruption, et analysé de multiples dossiers judiciaires et déclarations financières. La personne à l’origine de cette fuite a tenu à conserver l’anonymat, mais a accepté d’expliquer sa motivation : dénoncer les effets du secret bancaire suisse sur la communauté internationale. Selon cette source anonyme, « le prétexte de la protection de la confidentialité financière n’est qu’une feuille de vigne couvrant le rôle honteux des banques suisses en tant que collaboratrices des fraudeurs fiscaux ».

En 1998, alors qu’il n’est encore qu’un apparatchik sous les ordres du président Nazarbaïev, Kassym-Jomart Tokaïev fait ouvrir un compte chez Credit Suisse au nom de son épouse et Lire la suite.


Accueil | Contact | Mentions légales | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 70 / 2226035

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Alliés de la lutte contre les PFJ  Suivre la vie du site Troika Laundromat & OCCRP  Suivre la vie du site « Suisse Secrets »   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.3 + AHUNTSIC

Creative Commons License