Paradis Fiscaux et Judiciaires

Pour cacher de l’argent africain, rien de mieux que les cabinets-conseils et les avocats occidentaux

mardi 26 juillet 2022 par paradisfj.info

Afrique

Pour cacher de l’argent africain, rien de mieux que les cabinets-conseils et les avocats occidentaux

OPINION. Pour les auteurs, ne pointer que les utilisateurs des réseaux offshore occulte le rôle essentiel des conseillers financiers ou juridiques, qui protègent les clients qu’ils sont censés signaler. Exemple en Angola

Ricardo Soares de Oliveira professeur à Oxford et Khadija Sharife, journaliste d’investigation

Publié mardi 26 juillet 2022 à 14:26
Modifié mardi 26 juillet 2022 à 16:28

Comment les fonds illicites et illégaux en provenance d’Afrique contournent-ils des décennies de législation sur la transparence ? En ciblant les pays où le secret juridique et financier relève du privilège. L’expérience de l’Angola depuis le début du siècle en est la parfaite illustration.

Lorsqu’un groupe de fonctionnaires angolais a cherché un mécanisme financier plus discret pour transférer ses fonds illicites en Europe à partir de la fin des années 1990, il a choisi de créer ses propres banques. Un choix permettant de mieux contrôler l’exposition aux risques de clients considérés dans le monde entier comme PEP (politiquement exposés).

Qui surveille les surveillants ?

Après tout, les banques, ainsi que d’autres intermédiaires, s’autorégulent. Les multinationales du conseil et de l’audit ne sont soumises à aucune réglementation anti-blanchiment en Europe ou aux Etats-Unis, et n’ont pas d’obligation légale de se renseigner sur leurs clients. Et les autorités, en général, n’agissent que si les « chiens de garde » révèlent une infraction ou déposent une « déclaration de transaction suspecte ».

Mais qui surveille les surveillants ? L’histoire récente a montré que ces prestataires de services sont parmi les pires contrevenants à l’Etat de droit – qu’il s’agisse des activités bancaires de Credit Suisse pour le compte d’acteurs de la prédation pendant plus de trente ans, du blanchiment de « l’or des conflits » en Afrique par E & Y ou du profit que tire KPMG de l’argent public détourné dans plus d’un pays africain.

En externalisant ces activités vers des filiales basées dans des juridictions secrètes telles que la Suisse ou les Emirats arabes unis, ou en les supervisant de là, ou même en structurant simplement les pots-de-vin comme des frais de service ou d’autres coûts fictifs de l’activité, ces intermédiaires camouflent l’illégal en illicite. Lire la suite.


Accueil | Contact | Mentions légales | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 343 / 2259034

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La Corruption  Suivre la vie du site Corruption politique  Suivre la vie du site LES BIENS MAL ACQUIS   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.3 + AHUNTSIC

Creative Commons License