Paradis fiscaux et judiciaires

Début lundi du procès de la Sofremi

dimanche 7 octobre 2007

Société

Début lundi du procès de la Sofremi

AP | 07.10.2007 | 16:18

Neuf proches de l’ancien ministre Charles Pasqua, dont son fils Pierre-Philippe, comparaissent à partir de lundi devant le tribunal correctionnel de Paris pour des détournements de fonds présumés au détriment de la Sofremi, société sous tutelle du ministère de l’Intérieur, entre 1993 et 1995.

M. Pasqua père est mis en examen dans ce dossier mais devant la Cour de justice de la République (CJR), seule instance autorisée à juger des ministres pour des faits commis dans l’exercice de leurs fonctions.

Entre 1993 et 1995, période où Charles Pasqua était locataire de la place Beauvau, la Sofremi (Société française d’exportation de matériels, systèmes et services du ministère de l’Intérieur) aurait versé des commissions indues à trois principaux intermédiaires : Etienne Leandri, décédé en 1995, Pierre Falcone, spécialisé dans le négoce, dont celui des armes, et les frères Iskandar et Akram Safa, hommes d’affaires libanais. Une partie de ces commissions, selon l’accusation, a été reversée à des proches de Charles Pasqua.

Etienne Leandri est présenté par des protagonistes du dossier comme un proche de Charles Pasqua, un intermédiaire qui "déverrouillait" les situations les plus compliquées. Entre juillet 1993 et novembre 1994, il a reçu 18 millions de FF (2,7 millions d’euros) de commissions.

L’accusation soutient que ces commissions, étrangères à toutes les activités de Leandri avec la Sofremi, ont renfloué les caisses des Editions du Quotidien du Maire, tenues par un proche de Charles Pasqua, déficitaires quasi continuellement. Et ont également atterri sur les comptes suisses de Pierre-Philippe Pasqua ou de Bernard Guillet, le conseiller diplomatique de Charles Pasqua.

Pierre Falcone, via sa société Brenco Trading Limited, a signé plusieurs contrats de consultant avec la Sofremi, pour des contrats avec des pays d’Amérique latine. Il a perçu 15 millions de FF (2,25 millions d’euros) qui, toujours selon l’accusation, ont été reversés en partie aux proches de Charles Pasqua.

Pierre-Philippe Pasqua est soupçonné d’avoir été le destinataire de plus de 9 millions de FF (1,35 million d’euros), versés sur un compte en Suisse avant de les réinvestir, via des comptes bancaires au Liban, dans des activités légales, assure l’accusation.

Quant aux frères Safa, ils ont reçu près de 18 millions de FF (2,7 millions d’euros) de la Sofremi entre 1991 et 1994 pour leurs interventions supposées dans des contrats, notamment au Koweït. Les dirigeants de la Sofremi ont été incapables "d’expliquer la contrepartie de ces prestations".

Une partie de ces fonds serait revenue sur les comptes de Jean-Charles Marchiani, l’ex-préfet du Var. Condamné déjà à deux reprises dans des affaires de corruption, il a fait appel.

En moins d’une semaine, Pierre-Philippe Pasqua, réfugié depuis sept ans en Tunisie, les frères Safa, tous trois sous le coup d’un mandat d’arrêt international, sont revenus en France.

Pierre Falcone, opportunément nommé ambassadeur du gouvernement angolais auprès de l’Unesco en 1993, a obtenu la levée des deux mandats d’arrêt lancés contre lui, l’un dans cette affaire, l’autre dans l’Angolagate. Selon ses avocats, il devrait être présent à son procès. Celui-ci se déroulera devant la 12e chambre correctionnelle de Paris trois jours par semaine pendant trois semaines.

Jeudi, une peine de 18 mois d’emprisonnement avec sursis et 300.000 euros d’amende a été requise devant la cour d’appel de Paris contre Pierre-Philippe Pasqua dans l’affaire Alstom, où il est soupçonné d’avoir touché une commission occulte de 700.000 dollars. En première instance, il avait été relaxé.

© AP

Publié avec l’aimable autorisation de l’Associated Press.

Visitez le site de l’Associated Press.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1218 / 489098

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La Corruption  Suivre la vie du site Corruption politique  Suivre la vie du site LE PERSONNEL POLITIQUE  Suivre la vie du site Charles Pasqua   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License