Paradis fiscaux et judiciaires

Sulzer parvient à imposer ses règles au russe Renova

vendredi 12 octobre 2007

ECONOMIE : Sulzer parvient à imposer ses règles au russe Renova

Date de parution : Vendredi 12 octobre 2007

Auteur : Daniel Eskenazi, Zurich

ACCORD. Six mois après leur acquisition par l’homme d’affaires russe Viktor Vekselberg, les titres du groupe technologique ont fini par être enregistrés. Une OPA est exclue avant mai 2009.

La hache de guerre est enterrée. Six mois après l’entrée d’Everest, société de participation détenue par le milliardaire russe Viktor Vekselberg, dans le capital de Sulzer, celui-ci réussit à faire reconnaître ses droits. Le conseil d’administration refusait jusqu’ici d’enregistrer les actions qu’il détenait.

La direction de Sulzer avait très peu apprécié la prise d’assaut menée sans annonce des dépassements de seuil dont elle avait fait l’objet - la Commission fédérale des banques mène d’ailleurs une enquête dont les conclusions sont attendues d’ici la fin de l’année. En juillet, le gouvernement russe était intervenu en faveur de Viktor Vekselberg auprès de la conseillère fédérale Doris Leuthard afin de débloquer la situation.

Près de trois mois se sont écoulés avant que les deux parties ne s’entendent. Selon les termes de l’accord trouvé mercredi à Zurich, les 32,4% du capital-actions de Sulzer (21% d’actions, le reste en options) détenus par le patron de Renova seront inscrits au registre des actionnaires. « Nous sommes satisfaits d’avoir trouvé cet accord. En tant qu’investisseur à long terme, nous sommes prêts à contribuer au développement des affaires du groupe suisse en Russie et dans les républiques de l’ex-URSS, dans le secteur de l’énergie, du gaz et du pétrole », a souligné jeudi lors d’une conférence téléphonique Vladimir Kuznetsov, responsable des investissements de Renova et directeur d’Everest.

Importantes restrictions

Ce dernier fera son entrée au conseil d’administration de Sulzer, en plus d’un autre représentant de Viktor Vekselberg dont le nom sera communiqué dans les prochains jours. En contrepartie, Renova s’engage à ne pas augmenter sa participation au-delà de 33% jusqu’au 31 mai 2009. Aucune offre publique d’acquisition ne pourra être lancée. Tout changement des statuts est exclu. « Cet accord constitue la meilleure solution pour l’avenir de Sulzer. Il nous donne le temps de nous connaître », affirme de son côté Ulf Berg, président du groupe qui fabrique notamment des pompes pour les raffineries.

Outre ses participations dans Sulzer, Viktor Vekselberg détient 12,7% du groupe immobilier Züblin et 13,79% de OC Oerlikon. « Actuellement, nous ne disposons pas des informations nécessaires nous permettant de juger du bien-fondé d’un rapprochement entre (ce dernier) et Sulzer. Nous ne forcerons pas une telle opération », assure Vladimir Kuznetsov. Ce dernier se dit satisfait des développements des sociétés dans lesquelles Renova est actionnaire. Il existe selon lui d’autres opportunités en Suisse pour Renova, mais la priorité reste l’implication dans les affaires actuelles.

© Le Temps. Droits de reproduction et de diffusion réservés. www.letemps.ch

Source url de l’article.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1630 / 525722

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La Corruption  Suivre la vie du site Corruption économique  Suivre la vie du site LES OLIGARQUES   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License