Paradis fiscaux et judiciaires

Les petits comptes en Suisse d’Arcady Gaydamak et de Pierre Falcone

mercredi 24 octobre 2007

Les petits comptes en Suisse d’Arcady Gaydamak et de Pierre Falcone

Extraits du site Geopolitique.com

Téléchargez ce relevé du compte CO-101436 ouvert à l’UBS de Genève au nom de la société Abalone Investments Limited.

18.10.07 Après les documents de la semaine dernière sur les rétro-commissions payées par la Sofremi, la société française paraétatique dépendant du ministère de l’Intérieur dont les dirigeants sont entendus par le Tribunal correctionnel de Paris, geopolitique.com vous propose aujourd’hui de télécharger les relevés du compte en Suisse des deux principaux protagonistes des opérations financières liées aux trafics d’armes vers l’Angola...

Il s’agit du détail des mouvements bancaires de la société Abalone Investments Limited, qui disposait du compte CO-101436 ouvert auprès de l’UBS de Genève, et dont les ayants-droits économiques étaient Pierre Falcone et Arcady Gaydamak.

Cette société Abalone a joué un rôle crucial dans le financement des achats d’armes de l’État angolais. Elle seule a rendu possible la réalisation des commandes militaires demandées par le président angolais Edouardo Dos Santos pour équiper son parti du MPLA.

Selon un montage imaginé par les conseillers français, le schéma consistait en effet pour l’Angola à acquérir à Moscou des matériels de guerre à bas prix en provenance des surplus de l’armée rouge.

Et le régime Dos Santos s’engageait à les payer à la Fédération de Russie grâce aux revenus pétroliers angolais, et en contrepartie d’une diminution du reliquat de la dette angolaise à l’égard de l’ex-URSS.

La vente d’armes – en violation de l’embargo des Nations-Unies – a ainsi été conclue parallèlement à la restructuration de la dette russe sur l’Angola s’élevant alors à 5,5 milliards $.

D’un point de vue opérationnel, sur la base d’un accord signé en novembre 1996, la société Abalone Investments Ltd, enregistrée à Jersey, assurait l’intermédiation financière.

Ainsi, Abalone s’engageait d’un côté à rembourser la Fédération de Russie au fur et à mesure que les armes étaient livrées ; d’un autre côté, elle se payait sur les ventes de pétrole angolais effectuées par le consortium Sonangol.

C’est ainsi que le relevé des opérations bancaires d’Abalone fait apparaître les versements depuis un autre compte en Suisse de Sonangol (290 millions $ en 1997, 241 millions $ en avril 2000, 96 millions $ en juillet 2000…), et des transferts vers le Trésor public russe d’une partie seulement de ces sommes.

Entre les deux, une différence très substantielle est utilisée pour des virements vers divers intermédiaires ; et au bénéfice de banques privées française, israélienne et russe.

Langue document : anglais
Identification : marquage de l’UBS

Pour télécharger les copîes de ces documents, scannés et enregistrés au format PDF, vous devez être abonné et connecté. Si vous possedez un compte vous devez vous identifier dans la colonne à gauche de cet article

Téléchargez les relevés sur le site geopolique.com.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1358 / 522774

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La Corruption  Suivre la vie du site Les scandales politico-financiers  Suivre la vie du site L’ANGOLAGATE   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License