Paradis fiscaux et judiciaires

Accueil > La Corruption > Corruption économique > LES CAISSES NOIRES DES ENTREPRISES > L’Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM) > Retraits suspects de l’UIMM : Gautier-Sauvagnac entendu en début de (...)

Retraits suspects de l’UIMM : Gautier-Sauvagnac entendu en début de semaine

samedi 24 novembre 2007

24/11/2007 14:49

PARIS (AFP) - Retraits suspects de l’UIMM : Gautier-Sauvagnac entendu en début de semaine

Denis Gautier-Sauvagnac, président démissionnaire de l’UIMM (patronat de la métallurgie), doit être entendu en début de semaine prochaine par la brigade financière et placé en garde à vue dans le cadre de l’affaire des retraits en liquide des caisses de l’UIMM, a-t-on appris samedi de sources proches de l’enquête.

Le responsable de l’Union des métiers et des industries de la métallurgie est convoqué mardi, affirme de son côté Le Figaro.

Le procureur de la République de Paris, qui avait ouvert une enquête préliminaire le 25 septembre, devrait ouvrir une information judiciaire afin de permettre l’éventuelle présentation de M. Gautier-Sauvagnac à un juge d’instruction à l’issue de sa garde à vue, selon une source proche du dossier.

M. Gautier-Sauvagnac, dit "DGS", a reconnu avoir effectué ces dernières années des retraits en liquide de comptes de l’UIMM de l’ordre de "2 millions d’euros par an", mais n’a rien dit de l’utilisation de ces fonds.

L’enquête du parquet a montré que des prélèvements d’espèces d’un montant de 22 millions d’euros avaient été enregistrés sur les comptes de l’organisation patronale mis sous observation.

DGS a assuré fin octobre que son organisation "n’a apporté aucune aide aux partis politiques", se contentant d’affirmer que l’argent contribuait principalement "au financement de différents organismes qui font partie de notre vie sociale", sans plus de précisions.

Les enquêteurs soupçonnent qu’il ait pu servir notamment au financement de syndicats.

© AFP

Publié avec l’aimable autorisation de l’Agence France Presse.

Visitez le site de l’Agence France Presse.