Paradis fiscaux et judiciaires

Angela Merkel invite Vaduz à s’interroger sur la « réputation » de sa place financière

mardi 19 février 2008

ECONOMIE : Angela Merkel invite Vaduz à s’interroger sur la « réputation » de sa place financière

Date de parution : Mardi 19 février 2008

Auteur : Yves Petignat, Berlin

illustration : Angela Merkel : « Avec le Liechtenstein, nous allons nous entretenir des points encore à régler, dont la régulation des banques et des fondations. » Photo : Keystone

Extraits de l’article mis en ligne sur le site du journal Le Temps :

FRAUDE FISCALE. La chancelière rencontrera des grands patrons allemands pour évoquer la dégradation de leur image. Mercredi, elle évoquera le statut des fondations du Liechtenstein avec le chef du gouvernement de la Principauté.

Depuis plusieurs mois, les affaires se multiplient : corruption chez Siemens, prostituées pour des membres du conseil d’entreprise de VW, parachute doré du patron de Daimler, Jürgen Schremp, après des milliers de licenciements : l’image des grands patrons allemands s’est dégradée dans l’opinion. La chute de Klaus Zumwinkel a accéléré la perte de confiance.

De nombreux dirigeants politiques allemands appellent à durcir la législation anti-fraude en y incluant la menace de peines de prison ferme. La chancelière a évoqué devant la presse étrangère la nécessité de rendre le niveau de transparence comparable entre les membres de l’Union européenne : « Nous n’obtiendrons pas d’harmonisation fiscale, mais nous avons tout de même une certaine attente. » Angela Merkel a aussi rappelé la fragilité de la réputation des paradis fiscaux : « A la fin, il leur faudra bien se poser la question de l’importance de la réputation de leur place financière à l’étranger. »

Avec le Liechtenstein, « nous avons encore des questions, dit-elle, nous allons nous entretenir des points encore à régler, dont la régulation des banques et des fondations. » Berlin attend de la Principauté « quelques réformes légales ».

La Suisse pas visée

Par contre, Angela Merkel estime que le secret bancaire et de la fraude fiscale tiendront « une place secondaire parmi les thèmes des discussions » qu’elle aura lors de sa visite en Suisse à fin avril. « La position de la Suisse est relativement bien fixée à ce sujet », a-t-elle laconiquement conclu.

L’ambassadeur du Liechtenstein, le prince Stefan von und zu Liechtenstein, s’est pour sa part insurgé contre les accusations selon lesquelles son pays protégerait les fraudeurs fiscaux. « Nous n’invitons personne à cacher son argent chez nous pour cette raison, a-t-il dit. La fraude fiscale est aussi un délit chez nous, mais nous le traitons comme une infraction routière. Nous liquidons le cas simplement. »

© Le Temps. Droits de reproduction et de diffusion réservés. www.letemps.ch

Lire la suite de l’article sur le site du journal Le Temps.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1052 / 470899

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le continent européen  Suivre la vie du site Le Liechtenstein   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License