Paradis fiscaux et judiciaires

Affaires russes

mardi 18 mars 2008

SUPPLÉMENT SPÉCIAL : Affaires russes

Date de parution : Mardi 18 mars 2008

Auteur : Fati Mansour

Des dossiers explosifs pour la Suisse.

C’était l’époque où la justice suisse n’avait pas vraiment le temps de souffler. A la tête du Ministère public de la Confédération, Carla Del Ponte menait de fracassantes perquisitions à la recherche de l’argent détourné des caisses de la compagnie aérienne russe Aeroflot et fouillait les tiroirs des entreprises luganaises suspectées d’avoir garni les comptes de fonctionnaires trop gourmands du Kremlin. A la tête du Parquet genevois, Bernard Bertossa ne laissait pas beaucoup plus de répit aux mafieux et autres corrompus venus de l’Est.

Deux « affaires russes » ont symbolisé les difficultés liées à ce type de procédures. En 1998, l’acquittement et surtout l’indemnisation record de Sergueï Mikhaïlov porte un coup sévère à cette politique criminelle ambitieuse. La justice genevoise a essuyé les plâtres de la norme sur le crime organisé dans la douleur. Mais il en fallait beaucoup plus pour décourager un Bernard Bertossa. En janvier 2001, l’ancien intendant du Kremlin Pavel Borodine est arrêté aux Etats-Unis alors qu’il se rend à l’investiture de George W. Bush. Il sera extradé vers la Suisse. L’encombrant prévenu, suspecté d’avoir dissimulé des pots-de-vin, est vite libéré, sous caution de 5 millions de francs.

Après un intense bras de fer avec le procureur général genevois, le grand décorateur des couloirs du pouvoir eltsinien accepte une ordonnance de condamnation pour blanchiment et paie une amende de 300000 francs.

© Le Temps. Droits de reproduction et de diffusion réservés. www.letemps.ch

Source url de l’article.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 2229 / 539676

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Alliés de la lutte contre les PFJ  Suivre la vie du site Les magistrats   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License