Paradis fiscaux et judiciaires

L’île de Sercq met fin à 450 ans de féodalisme

dimanche 18 mai 2008

L’île de Sercq met fin à 450 ans de féodalisme

Extraits d’un article mis en ligne sur le site du journal Les Echos :

Au large des côtes de Normandie et à quelques encablures à l’est de Guernesey, s’est éteint à la veille du week-end ce qui est considéré comme le dernier des régimes féodaux du monde occidental. L’île Anglo-Normande de Sercq (Sark en anglais), 5 kilomètres carrés, a pris le cap de la démocratie après que le Conseil privé de la reine d’Angleterre a entériné la décision des 600 îliens, votée en octobre 2006 sous la pression discrète de Londres, de se doter d’une Chambre de 28 députés élus au suffrage universel.

l’île était rattachée à la Couronne britannique à travers le baillage de Guernesey et le duché de Normandie... sans pour autant faire partie du Royaume-Uni, ni de l’Union européenne. La livre sterling y a toutefois cours et chaque Sercquiais détient un passeport britannique. Jusqu’ici le seigneur de Sercq et un Parlement constitué des 40 « tenants » (les propriétaites des terres représentant les 40 familles d’origine) et de 12 députés élus pour trois ans présidaient aux destinées d’une île où les seuls moyens de transports autorisés sont les vélos, les charrettes à cheval et les tracteurs, et où l’activité économique se résume au tourisme et aux boîtes aux lettres chères aux paradis fiscaux.

Lire la suite sur le site du journal Les Echos.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 3556 / 631684

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le continent européen  Suivre la vie du site La Grande Bretagne  Suivre la vie du site Les Iles Anglo-Normandes  Suivre la vie du site L’île de Sercq   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License