Paradis fiscaux et judiciaires

Qui sont les faux-nez ?

vendredi 22 mai 1998

Journal l’Humanité

Rubrique Politique

Article paru dans l’édition du 22 mai 1998.

Qui sont les faux-nez ?

SURNOMMES aussi "les quatre mousquetaires, les anciens protégés de l’ex-directeur général d’Altus Finance, Jean-François Hénin, ont été les commanditaires d’un certain nombre d’opérations plus que douteuses de la filiale financière du Crédit lyonnais à partir de 1991. Engagés dans une tentative de rachat de la FNAC en 1993, après celle de Conforama, ils ont été par la suite progressivement lâchés par la banque publique.

GILBERT WAHNICH, 56 ans, autodidacte. Il est à l’initiative d’achats, de restructurations puis de reventes de sociétés industrielles et de négoce dans le secteur du meuble (Lévitan, Héritage France, Kuom). Il a également assuré la restructuration, après dépôt de bilan, du groupe Nasa Electronique (Nasa sera revendue un an plus tard en 1987 au britannique Granada avec une plus-value de 70 millions de francs). Par ailleurs, il a participé au développement de projets immobiliers, notamment de centres commerciaux.

GILLES SILBERMAN, 42 ans. Il a été l’avocat d’affaires du groupe Pinault pour toutes les reprises et opérations de croissance de 1983 à 1988.

FRANCK ULLMANN, 40 ans. Formé à l’Ecole des mines à Paris, il rentre en France en 1986 après avoir créé des sociétés industrielles aux Etats-Unis, en Amérique du Sud et en France. Entre 1987 et 1991, il est l’adjoint de Jean-François Hénin et du président Gomez (Altus Finance est le nom pris en 1990 par Thomson CSF Finance cédé ensuite au Crédit lyonnais), en charge des opérations de compensation.

JEAN-PIERRE ANDREVON, 46 ans, ancien commissaire aux comptes, inscrit jusqu’en 1975. Il a été ensuite directeur financier du groupe Pinault, puis directeur général jusqu’en 1989. De 1990 à 1991, il est directeur général de Point P. Il assure la restructuration des société reprises par Point P après l’OPA sur Lambert Frères. Il reprend les magasins Lévitan à Gilbert Wahnich et rachète Mobilier de France en 1992 avec l’appui du Crédit lyonnais.

Les quatre hommes d’affaires créent en 1992, avec l’appui et le financement d’Altus, une société Cauval Industrie. Ils dirigeront également deux sociétés écrans en Hollande, Pancho et Horbean, auxquelles Altus "prête" 1,25 milliard de francs.

A. R.

Publié avec l’aimable autorisation du journal l’Humanité.

Visitez le site du journal l’Humanité.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 3392 / 589246

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La Corruption  Suivre la vie du site Les scandales politico-financiers  Suivre la vie du site LE SCANDALE DU CREDIT LYONNAIS   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License