Paradis fiscaux et judiciaires

Méga-Déby de fausse monnaie

samedi 1er août 1998

Méga-Déby de fausse monnaie

Une énorme affaire de faux-monnayage portée par des proches du président tchadien Idriss Déby, avec peut-être des ramifications françaises, pourrait couver en ce moment dans (ou hors) des prisons françaises.

Ami togolais de Déby, mais aussi de l’un des principaux hommes politiques français, Lazare Pedro a été arrêté fin juillet à Paris en possession d’une incroyable quantité de dinars de Bahreïn (l’équivalent de 2 milliards de FF). Ces billets étaient des faux magistralement imités, venant du Nigeria.

Pedro aurait expliqué qu’il voulait les déposer à Paris, pour le compte d’un conseiller de Déby, Hassan Fadoul.

Plusieurs choses intriguent : comment déposer une telle somme sans complicités (Déby a de proches amitiés dans le gratin françafricain de la politique et des affaires) ? où est passé le brûlant Pedro ? N’Djaména est un point de passage de la fausse monnaie (et de la drogue) en provenance du Nigeria.

Déjà une banque tchadienne (la BTD) aurait tenté d’escroquer l’émirat de Doubaï avec 200 millions de faux dollars. La visite-surprise de Déby auprès de Jacques Chirac, le 28 juillet, pourrait être liée à cette affaire.

En bisbille continuelle avec Paris (comme son lointain prédécesseur Tombalbaye en fin de règne), le président tchadien serait venu arranger ce nouvel accroc. Chirac ne dispose-t-il pas du droit de grâce ? Un autre conseiller de Déby, Ahmed Aganaï, a été condamné en Allemagne à 20 ans de prison pour trafic de cocaïne.

Tout cela illustre la décomposition criminelle d’un pouvoir installé par la DGSE. Il lui fallait un bouc émissaire : ce sera le député Yorongar, dénonciateur du bradage pétrolier. Le 20 juillet, ce courageux représentant du peuple a été condamné à 3 ans de prison... pour diffamation.

Soumis aux conditions épouvantables de la maison d’arrêt de N’Djaména, « un grand mouroir », il est constamment menacé, comme tant d’autres opposants, d’une exécution sommaire « en cours d’évasion ».

Si Chirac peut arranger les ennuis parisiens de Déby, il devrait pouvoir obtenir la libération de Yorongar.

Extraits de BAA N°61 - août-septembre 1998 -

Publié avec l’aimable autorisation de l’Association Survie.

Visitez le site de Survie.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1807 / 509875

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La Corruption  Suivre la vie du site Les scandales politico-financiers  Suivre la vie du site L’AFFAIRE DES FAUX DINARS DE BAHREIN   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License