Paradis fiscaux et judiciaires

Bertossa : « La France n’est plus une démocratie parlementaire

dimanche 31 mai 2009

Entretien

Bertossa : « La France n’est plus une démocratie parlementaire

Par David Servenay | Rue89 | 31/05/2009 | 13H10

Très critique envers l’omniprésident, l’ex-procureur de Genève dénonce aussi l’hypocrisie de la lutte contre les paradis fiscaux.

Bernard Bertossa a l’accent chantant et le verbe haut des Suisses italiens. Ancien procureur du canton de Genève, il porte un regard cru sur la crise, le G20 et « l’hypocrisie » des états dans la lutte contre les paradis fiscaux. De passage à Paris, il livre pour Rue89 ses réflexions sur Sarkozy, les élections européennes et la justice.

Une liste noire « farfelue » des paradis fiscaux

Lutter contre la « tricherie fiscale ». Drôle de mot dans la bouche d’un homme plus habitué à la dialectique des cours de justice qu’aux effets de manche. Pourtant, ce vendredi, dans une salle de l’Assemblée nationale où il a été invité par la plate-forme Paradis fiscaux et judiciaires, Bernard Bertossa retombe toujours sur ses pieds.

Le secret bancaire ? Il y croit, il y est même totalement favorable. Pas envie qu’un « employeur puisse avoir accès aux comptes de son employé ». Une valeur farouchement défendue par le protestantisme genevois dont il battu le pavé pendant quarante ans. Avocat, puis juge et enfin procureur pendant douze ans (1990-2002).

Mais, après avoir connu l’âge d’or des affaires politico-financières (Elf, Abacha, Frégates de Taïwan, Kremlingate…), le magistrat est aussi convaincu qu’il faut lever ce secret pour les administrations fiscales, surtout lorsqu’il y a soupçon de blanchiment ou d’activités criminelles.

Car la volonté politique est toujours aussi molle en la matière. La preuve ? Les « effets d’annonce » du G20 et la « liste noire farfelue » proposée par l’OCDE pour endiguer le phénomène. (Voir la vidéo)

S’agissant de la France, l’ancien procureur de Genève, motivé à l’idée de poursuivre les turpitudes financières des chefs d’Etat de la planète, porte un regard acéré :

« Vous êtes désormais plus un royaume, avec un roi qui décide à peu près tout. Vue de l’étranger, la France n’est plus vraiment considérée comme une démocratie parlementaire. »

A l’appui de sa démonstration, le juriste décrypte la remontée du discours sécuritaire de Nicolas Sarkozy, à quelques jours de l’élection européenne. Où l’on oublie de traiter les « causes » de l’insécurité, en s’acharnant sur les « symptômes ». (Voir la vidéo)

Bernard Bertossa n’a pas oublié qu’il signait, il y a treize ans, l’appel de Genève lancé par Denis Robert et le juge Renaud Van Ruymbeke. Et depuis ? Pas de gros changement. Sauf que les ONG se mobilisent désormais sur des sujets à la fois très techniques et très politique.

La plate-forme Paradis fiscaux et judiciaires a pu faire de multiples propositions avant le G20. Elle n’a pas été vraiment entendue. Ni à Genève, ni à Washington, ni à Paris… Alors que chaque seconde, 3 millions de dollars partent vers ces destinations exotiques.

A lire : La justice, les affaires, la corruption Bernard Bertossa, entretiens avec Agathe Duparc, Fayard, 2009.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1524 / 613616

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Alliés de la lutte contre les PFJ  Suivre la vie du site Les magistrats  Suivre la vie du site Bernard Bertossa   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License