Paradis fiscaux et judiciaires

De nouveaux paradis fiscaux apparaissent

lundi 22 juin 2009

Act. 21.06.09 ; 09:07 Pub. 21.06.09 ; 08:57

Economie

De nouveaux paradis fiscaux apparaissent

Extraits de l’article mis en ligne sur le site internet du journal 20 Minutes Suisse :

Lancée par le G20, l’offensive contre les paradis fiscaux gagne du terrain.
Mais plusieurs experts craignent l’émergence de nouveaux centres financiers offshore, en montrant du doigt notamment le Ghana ou l’île d’Anjouan.

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) ne surveille actuellement « que » 84 juridictions et certains pays, libres de tout contrôle, sont tentés de faire « cavalier seul » et de se muer en paradis fiscal pour attirer les investisseurs désireux d’échapper à l’impôt.

« Le Ghana nous inquiète particulièrement. Des banques poussent les autorités à adopter une législation qui ferait du pays un centre financier offshore », prévient John Christensen de l’ONG Tax Justice Network.

Selon le journal britannique The Observer, la loi bancaire ghanéenne a ainsi été récemment modifiée pour permettre à la Barclays d’y gérer des activités offshore.

D’autres territoires seraient sur les rangs. Fin 2007, le Premier ministre de la Jamaïque, Bruce Golding, a indiqué au Financial Times que son pays « pourrait tirer des bénéfices » des activités offshore.

L’île d’Anjouan, dans l’archipel des Comores, va plus loin et vante sur son site internet ses services offshore créant un « bon environnement » pour les investisseurs.

Comme des champignons

« Les paradis fiscaux poussent comme des champignons » en Europe centrale, assure par ailleurs Gunther Capelle-Blancard, professeur de finances à l’université parisienne de La Sorbonne.

« En quelques années, on a vu fleurir dans ces pays un nombre incalculable de Bourses au fonctionnement opaque. Il y a clairement une volonté de s’imposer comme des nouveaux acteurs de la finance à mesure que les contraintes sont plus fortes dans les pays occidentaux », souligne l’universitaire.

Selon la Fédération des Bourses d’Eurasie (FEAS), le Kazakhstan n’applique aucune fiscalité sur les revenus du capital, un des critères de définition des paradis fiscaux.

Viser les banques

Selon les ONG, un changement d’approche s’impose. « Les paradis fiscaux n’existent que parce que des banques et des multinationales les utilisent », souligne Jean Merckaert, du CCFD-Terre solidaire, qui souhaite que les acteurs économiques soient tenus de dévoiler leurs activités offshore.

De son côté, Oxfam plaide pour que les questions de fiscalité soient traitées par les Nations Unies, et non plus au niveau bilatéral, afin d’étendre le champ de la transparence.

Lire la suite de l’article sur le site internet du journal 20 Minutes Suisse.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1901 / 590925

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La fiscalité des états de droit  Suivre la vie du site Les paradis fiscaux   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License