Paradis fiscaux et judiciaires

Trusts : l’arme des fraudeurs

dimanche 20 décembre 2009

Nº2354 SEMAINE DU JEUDI 17 Décembre 2009

Trusts : l’arme des fraudeurs

Le système est infiniment complexe, il a même été conçu pour perdre les gouvernements dans ses méandres. En un mot : imaginez un marchand d’art, riche de 20 milliards de dollars et désireux d’échapper à l’impôt. Il se rend chez un banquier des îles Caïmans et le déclare « trusty », c’est-à-dire mandataire, possesseur légal de tous ses biens. Lui, « ruiné », n’est plus soumis à l’impôt. La nouvelle fondation nomme les bénéficiaires, dont lui-même, de son propre argent défiscalisé et placé en Bourse. Pour cela, il faut un trusty, un protecteur qui le surveille, des conseillers et une armée d’avocats spécialistes des finesses légales pour optimiser le placement. Cela coûte cher - hors de portée d’un petit millionnaire français, médecin, dentiste ou notable héritier - mais le titre, caché dans le coffre-fort d’une banque des Caraïbes, restera à jamais anonyme, secret. Surtout, il a l’apparence de la légalité. Où se trouvent ces paradis ? Aux Etats-Unis, à Londres, dans les Caraïbes ou les pays du Commonwealth. Et ceux-là ne sont pas sur la liste grise de l’OCDE

Jean-Paul Mari

© Le Nouvel Observateur

Publié avec l’aimable autorisation du Nouvel Observateur.

Visitez le site du Nouvel Observateur.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 2103 / 470572

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La fiscalité des états de droit  Suivre la vie du site Les trusts   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License