Paradis fiscaux et judiciaires

Deux cadres français de Trafigura inculpés en Côte d’Ivoire

2006

Deux cadres français de Trafigura inculpés en Côte d’Ivoire

Par Loucoumane Coulibaly

ABIDJAN (Reuters) - Les autorités ivoiriennes annoncent l’inculpation de deux cadres français de la société multinationale Trafigura Beheer BV, affréteur du navire à l’origine de la pollution toxique à Abidjan qui a fait au moins sept morts.

Claude Dauphin, directeur du groupe, et son responsable pour l’Afrique de l’Ouest, Jean-Pierre Valentini, sont poursuivis pour infraction à la législation sur les déchets toxiques et empoisonnement et ont été placés en détention provisoire.

"Les deux Français ont été arrêtés hier et conduits à la MACA (Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan) à la suite d’un interrogatoire avec le juge d’instruction", a déclaré le chef de cabinet du ministère de la Justice.

"Ils sont inculpés d’infraction à la législation de déchets toxiques et d’empoisonnement", a précisé Honoré Aly Yeo.

Les deux hommes n’avaient pu embarquer ce week-end à bord d’un avion à destination de Paris et leurs passeports leur avaient été confisqués.

Dans un communiqué, la direction de Trafigura Beheer BV se dit "choquée" par l’arrestation de ces deux cadres qui, dit-elle, "travaillaient avec les autorités en tant que témoins dans le cadre des enquêtes en cours".

La multinationale, enregistrée aux Pays-Bas, avait affrété le Probo Koala, un navire dont ont été extraites les boues toxiques déposées dans une dizaine de décharges à ciel ouvert de la région d’Abidjan et qui sont à l’origine de sept décès et de milliers d’intoxications.

Selon Trafigura, les déchets incriminés sont un mélange de gazole, d’eau et de soude caustique résultant du nettoyage des cuves du navire. La firme assure avoir communiqué aux autorités ivoiriennes la nature des déchets et dit s’être assurée au préalable de leur "élimination sûre".

Les experts qui ont analysé les déchets ont indiqué qu’ils semblaient renfermer du sulfure d’hydrogène, un composé chimique qui peut être mortelle à forte concentration.

Des spécialistes du groupe français Séché ont commencé dimanche à nettoyer les sites pollués. Les opérations devraient durer deux semaines.

© REUTERS

Publié avec l’aimable autorisation de l’Agence Reuters.

Visitez le site de l’Agence Reuters.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 728 / 523710

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Les catastrophes écologiques & sanitaires  Suivre la vie du site La pollution toxique à Abidjan   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License