Paradis fiscaux et judiciaires

La justice enquête au Japon sur les supposés avoirs de Chirac

mercredi 10 février 2010

La justice enquête au Japon sur les supposés avoirs de Chirac

Reuters, publié le 10/02/2010 à 11:01

PARIS - Des investigations judiciaires ont été demandées par un juge de Tahiti au Japon pour déterminer l’existence d’éventuels avoirs cachés de l’ancien président Jacques Chirac, annonce le procureur de Papeete José Thorel.

Cette demande a été formulée par le juge d’instruction Jean-François Redonnet dans l’enquête ouverte pour assassinat sur la disparition en 1997 du journaliste Jean-Pascal Couraud.

Ce dernier était un adversaire de Gaston Flosse, l’ex-président et homme fort de la Polynésie française dans les années 1980 et 1990 et proche de l’ancien chef de l’Etat.

"Ce que je peux vous assurer, c’est que nous vérifions toutes les pistes possibles. Une nouvelle commission rogatoire internationale est même en cours au Japon, à propos d’éventuels avoirs cachés de Jacques Chirac", dit José Thorel dans un entretien au site Mediapart publiée mercredi.

Le juge d’instruction examine l’hypothèse soutenue par la famille du disparu selon laquelle il a été assassiné parce qu’il avait découvert des liens financiers entre le supposé compte japonais de Jacques Chirac et Gaston Flosse.

Cette hypothèse semble très fragile, dans la mesure d’abord où le corps du disparu n’a jamais été retrouvé et que son assassinat n’est pas avéré.

Le procureur José Thorel se dit aussi sceptique. "Les faits sont anciens, on n’a jamais retrouvé le corps, et nous n’avons pas de témoin direct. Alors, on poursuit les investigations, mais sans véritable avancée. Je ne me suis donc pas fait une religion définitive", dit-il.

"Il y a eu trop longtemps une gestion calamiteuse de ce dossier en terme de communication. (...) Pour résumer, sur le fond, on peut dire qu’on envisage toujours la thèse du suicide, mais que l’hypothèse criminelle n’est pas écartée", dit-il.

Il juge qu’il y a un risque de non-lieu "faute de preuves".

Le soupçon sur l’existence d’un compte japonais secret de Jacques Chirac est né d’une déposition en 2006 du général Philippe Rondot, spécialiste du renseignement.

Il avait alors dit que le compte Chirac existait à la Tokyo Sowa Bank et était crédité de 300 millions de francs (environ 45 millions d’euros) vers 1996. Il est ensuite revenu sur ces propos dans les médias et devant le juge Redonnet.

© REUTERS

Publié avec l’aimable autorisation de l’Agence Reuters.

Visitez le site de l’Agence Reuters.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1309 / 542286

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La Corruption  Suivre la vie du site Corruption politique  Suivre la vie du site LE PERSONNEL POLITIQUE  Suivre la vie du site Jacques Chirac   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License