Paradis fiscaux et judiciaires

Nouveau record d’évasion fiscale détenu par Apple

lundi 5 novembre 2012

Nouveau record d’évasion fiscale détenu par Apple

cial-Eco - le 5 Novembre 2012

Apple a réussi à ne payer que 1,9 % d’impôts sur ses bénéfices colossaux réalisés hors Etats-Unis. Une "optimisation" , comparée aux 2,5 % payés l’an passé et une belle victoire face au taux de 2,4 % de Google. Ce qui permet à l’entreprise d’avoir un trésor de guerre de plus de 120 milliards de dollars, dont la plupart est bien à l’abri dans des paradis fiscaux.

Ces dizaines de milliards de dollars échappent à l’impôt ou à toute forme de redistribution puisqu’ils sont coincés dans les paradis fiscaux. Déplacer ces trésors de guerre reviendrait à payer un impôt sur les sociétés. Les États-Unis aimeraient d’ailleurs beaucoup que la trésorerie d’Apple soit rapatriée à Cupertino en Californie, le siège social du groupe, ce qui ferait un bon 30 milliards de dollars de rentrée fiscale d’un coup, de quoi faire rêver tout gouvernement.
Mais ceux qui se font le plus avoir, ce sont les Européens. Car une belle part des 156,5 milliards de dollars de chiffre d’affaire effectués sur l’année fiscale 2012, pour un bénéfice net de 41,7 milliards de dollars, est effectuée en Europe, c’est le deuxième marché en valeur après les Etats-Unis, devant la zone Asie-Pacifique. Et avec le montage financier d’Apple et les largesses fiscales irlandaises, sur les 36,8 milliards de bénéfices effectués hors Etats-Unis, Apple n’a payé que 713 millions de dollars d’impôt. Soit 1,9 %. Apple paye davantage d’impôts aux Etats-Unis, même si le groupe fait jouer la concurrence entre les Etats : la Californie ayant un impôt sur les société de près de 9 %, les recettes aux Etats-Unis passent par une filiale dans le Nevada. Lire la suite sur le site du journal L’Humanité.