Paradis fiscaux et judiciaires

Mercenaires français en Irak

lundi 1er décembre 2003

Mercenaires français en Irak

La Lettre du Continent, Mercenaires français en Irak pour la société sud-africaine Erinys, 23/10 :

« La société de sécurité privée Erinys, qui a remporté un contrat dans le cadre de la formation de la nouvelle armée irakienne, a fait appel au Français Richard R. et au Sud-Africain Jim M. [...] pour leur trouver des "agents" français. »

[Le mercenariat est un monde de magie où les chiens de guerre et les oies sauvages, remplaçant les petits lapins, disparaissent et réapparaissent subitement : ancien de la bande à Denard aux Comores, impliqué dans l’assassinat de la représentante de l’ANC à Paris en mars 1988, Richard " Sanders " Rouget a été condamné cet été par la justice sud-africaine pour avoir, à la demande de ses anciens camarades, envoyé des mercenaires sud-africains en Côte d’Ivoire. Il a plaidé coupable, ce qui lui a permis de n’être condamné qu’avec sursis. « J’ai plaidé coupable pour pouvoir ressortir vite. Je ne pouvais pas me permettre d’être bloqué six mois ou un an, j’ai un business à faire tourner » déclarait-il après son procès (Libération, 02/08).

Et voilà qu’Erinys recrute des Français par son intermédiaire, malgré les condamnations vertueuses des entreprises de guerre privée à la tribune de l’Assemblée nationale, par tous les groupes politiques, lors du vote de la loi anti-mercenaires en avril 2003. Comme dans tous les tours de magie, il y a un truc... que le public ne doit surtout pas connaître ! - PT

On pourrait s’étonner par ailleurs de ce que Richard Rouget, officier français issu des milieux d’extrême-droite, vive si tranquillement en Afrique du Sud après avoir tant contribué à la criminalité denardienne - y compris contre les proches de Nelson Mandela.

Il a été aussi prestement libéré que jugé dans l’affaire du recrutement de mercenaires au profit du président ivoirien Laurent Gbagbo.

Jim M. avait recruté de même pour Robert Gueï, le prédécesseur de Gbagbo.

La fin de l’apartheid n’a pas supprimé les vieux liens barbouzards entre la Françafrique et l’Afrique du Sud.

Et le mercenariat d’extrême-droite, jadis enrôlé dans la première Guerre froide, semble bienvenu en Irak. -

[FXV]

Extrait de Billets d’Afrique et d’Ailleurs N°200 - Décembre 2003 -

Billets d’Afrique et d’Ailleurs est la revue mensuelle éditée par Survie.

Publié avec l’aimable autorisation de l’Association Survie.

Visitez le site de Survie.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 2712 / 450657

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Les sociétés militaires privées  Suivre la vie du site Les mercenaires   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License