Paradis fiscaux et judiciaires

Espagne : démantèlement d’un réseau de blanchiment lié à la mafia russe

samedi 26 janvier 2013

AFP / 25 janvier 2013 17h16

Espagne : démantèlement d’un réseau de blanchiment lié à la mafia russe

MADRID - Un réseau russe de blanchiment qui pourrait être lié à Semion Mogilevich, l’un des 10 criminels les plus recherchés par le FBI, a été démantelé et quatre personnes ont été arrêtées vendredi à Lloret de Mar, cité balnéaire du nord-est de l’Espagne, a affirmé la Garde civile.

Le réseau a blanchi des fonds provenant principalement d’importantes organisations criminelles basées en Russie, comme Solntsevskaya et Solomonskaya, pour plus de 56 millions d’euros ces dernières années, a écrit la Garde civile dans un communiqué.

Selon elle, l’activité principale du groupe consistait dans le blanchiment de fonds provenant de Russie, qui transitaient par des pays tiers dont certains considérés comme des paradis fiscaux, avant de servir à des investissements financiers et immobiliers.

Des relais du réseau se trouvaient notamment aux Iles Secheylles, aux Iles Vierges, Chypre, dans la principauté d’Andorre ou encore en République tchèque, ajoute la Garde civile, précisant que les enquêteurs ont été aidés par de nombreux services de polices et de renseignements étrangers, dont Europol.

Les perquisitions menées dans des sociétés de Lloret de Mar vendredi ont montré des indices qui lient certaines de ces entreprises à Semion Mogilevich, l’un des 10 criminels les plus recherchés par le FBI américain, écrit la Garde civile.

De fait, sur son site, le FBI offre une récompense de jusqu’à 100.000 dollars pour toute information menant directement à l’arrestation de Semion Mogilevich.

Sur la page des 10 fugitifs les plus recherchés du FBI, Mogilevitch est présenté comme un homme d’affaire russe pesant 131 kilos, né le 30 juin 1946, disposant d’un passeport russe mais peut-être aussi de passeports israélien, ukrainien et grec.

Il est recherché pour blanchiment, fraude et sa participation présumée dans une affaire de fraude et de tromperie de milliers d’investisseurs qui ont perdu plus de 150 millions de dollars après la faillite d’une entreprise basée aux Etats-Unis.

Parmi les personnes arrêtées en Espagne, figure un entrepreneur immobilier russe, Andrei Petrov, tête présumé du réseau à Lloret de Mar, soupçonné de corruption et de blanchiment de millions d’euros issus de contrats octroyés illégalement par la mairie de Lloret de Mar, ont précisé des sources proches de l’enquête.

Un fusil d’assaut de type Kalachnikov a été retrouvé lors d’une perquisition à son domicile, selon la Garde civile qui en a publié la photo.

Les quatre personnes arrêtées seront placées lundi à disposition du juge chargé de cette enquête baptisée Clotilde.

Le juge enquête notamment sur les conditions d’obtention par Andrei Petrov en 2009 d’un contrat de construction, via la société Development Diagnostic Company (DDC), d’un centre commercial (La Selva), sur un terrain situé sur l’ancienne plage de la cité touristique, ainsi que d’une réduction d’impôt pour un contrat classé dans les projets d’intérêt social, selon des sources proches de l’enquête.

L’une des entreprises d’Andrei Petrov a été l’un des sponsors du club de football local dont le président était le conseiller municipal chargé de l’urbanisme, selon ces sources.

Le maire de la ville en 2009 Xavier Crespo, avait démissionné après avoir été mis en cause pour avoir perçu des montants non justifiés de plus de 350.000 euros provenant d’entreprises. Il est aujourd’hui député au parlement régional de Catalogne sous l’étiquette CiU (coalition nationaliste, majoritaire).

Lloret de Mar, haut lieu touristique de la Costa Brava, accueille plus de 1.800 ressortissants russes, soit 4,5% de la population de la ville et la troisième nationalité représentée après les Espagnols et les Roumains.

© AFP


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1572 / 471258

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Alliés de la lutte contre les PFJ  Suivre la vie du site La lutte contre les mafias   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License