Paradis fiscaux et judiciaires

Des données offshore secrètes sont en mains de journalistes

jeudi 4 avril 2013

Des données offshore secrètes sont en mains de journalistes

Offshore Leaks

Une équipe du « Matin Dimanche » et de la « SonntagsZeitung » a eu accès à la plus grande source de données économiques confidentielles de tous les temps : plus de 2,5 millions de documents concernant des domiciliations offshore transmis à un réseau de journalistes du monde entier.

Par François Pilet, Oliver Zihlmann, Catherine Boss et Titus Plattner.

Le Consortium international des journalistes d’investigation ICIJ, basé à Washington, dispose de plus de 2,5 millions de documents concernant des sociétés offshore. Avec ses partenaires travaillant dans près de 40 pays, il présente ce jeudi les premiers résultats de l’analyse de ces données. Obtenues sous forme informatique, elles occupent 260 Gigabytes, soit un volume 160 fois plus important que les câbles diplomatiques américains publiés par Wikileaks en 2010. Cet espace pourrait contenir un demi million de livres de la taille de la Bible ou du Coran. Les Offshore Leaks contiennent également une quantité d’informations bien supérieure à toutes les fuites de données bancaires, passées ces dernières années de Suisse vers l’Allemagne ou la France.

Il y a plus d’un an, un paquet a été envoyé anonymement par la poste à une adresse en Australie. Le disque dur qui se trouvait à l’intérieur a ensuite été transmis à l’ICIJ. Les millions de données qu’il contenait – des contrats et des fax numérisés, des copies de passeports, des e-mails, de la correspondance bancaire et de nombreux autres documents – sont issus de deux sociétés spécialisées dans les domiciliations offshore : Commonwealth Trust Limited, à Tortola, dans les Îles Vierges britanniques et Portcullis Trustnet. Basée à Singapour, cette dernière est active dans une douzaine de juridictions, comme les Îles Cook, les Îles Caïman ou Samoa. Ces juridictions offshore comptent parmi les plus opaques du monde.

Depuis plusieurs mois, plus de quatre-vingts journalistes du monde entier travaillent sur cette gigantesque masse de données. Il s’agit notamment de décortiquer les montages financiers internationaux, souvent complexes, et de mettre en contexte ces informations. Les pistes à suivre son innombrables, car les données concernent environ 122 000 entités (sociétés, trusts, etc.). Celles-ci sont reliées à plus de 130 000 personnes dans 140 pays. Près de 12 000 intermédiaires ont contribué à créer ces entités, le plus souvent pour le compte de leurs clients. Une partie de ces sociétés offshore et de ces trusts a clairement servi à placer des avoirs à l’abri des autorités fiscales. Lire la suite sur le site du journal Le Matin.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1073 / 589854

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Alliés de la lutte contre les PFJ  Suivre la vie du site L’affaire Offshore Leaks   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License