Paradis fiscaux et judiciaires

Accueil > Le continent européen > La Suisse > L’amour des avocats genevois pour Panama

L’amour des avocats genevois pour Panama

mercredi 10 avril 2013

L’amour des avocats genevois pour Panama

MERCREDI 10 AVRIL 2013

Mario Togni Pauline Cancela

PARADIS FISCAL • Grâce à un hacker anglais, le registre du commerce du petit pays d’Amérique centrale livre ses secrets. Des avocats et financiers du bout du lac y ont ouvert des sociétés « offshore ».

Une véritable boîte de pandore. Alors que la masse de documents du « Offshore Leaks » commence à peine à sortir au grand jour, le Panama, petit paradis fiscal d’Amérique centrale, vient d’être frontalement mis à nu. Depuis peu, son registre du commerce en ligne bénéficie d’une surprenante transparence grâce au moteur de recherche développé par un jeune informaticien anglais1 (lire ci-dessous).

Et le résultat est probant : Bonnant, Warluzel, Merkt, Grumbach, Barillon, Pictet, Lombard, Hentsch, Mirabaud, Barbier-Muller accompagnent un certain Reyl... Avocats, promoteurs, banquiers, notaires, en quelques clics, on découvre que des dizaines de noms genevois sont associés à une ou plusieurs sociétés « offshore » au Panama. Certains avocats d’affaires ou gérants de fortunes en ont même administré des centaines ! Parfois depuis les années 1960 – beaucoup d’entre elles ont été liquidées entre-temps.

Qui se cache ou se cachait derrière ces sociétés ? Dans quel but ont-elles été constituées ? Impossible de le savoir précisément. Mais les atouts de la petite république d’Amérique centrale sont bien connus : anonymat et exonération d’impôt pour les sociétés non résidentes (lire ci-dessous).

[...] Le journaliste financier Nicholas Shaxson, auteur d’un ouvrage sur les paradis fiscaux2 livre une analyse bien plus critique : « Administrer des centaines de sociétés offshore n’a rien d’une activité normale. N’importe qui devrait prendre ces informations comme un signal d’alarme. » Pour le Britannique basé à Zurich, le problème réside dans l’énorme zone grise qui demeure entre la légalité et l’illégalité. « La vraie question est : pourquoi aller jusqu’au Panama ? Il est possible que certaines de ces sociétés soient tout à fait régulières, tout comme il est très probable qu’une partie d’entre elles cachent des activités criminelles, des opérations d’évasion fiscale ou la fortune d’un client en plein divorce. » Lire la suite sur le site du journal Le Courrier.