Paradis fiscaux et judiciaires

Banques : du concours à la complicité

jeudi 11 mars 2004

Banques : du concours à la complicité

Semaine du jeudi 11 mars 2004 - n°2053 - Economie

Si Parmalat a pu faire longtemps illusion, c’est grâce au soutien des banques, initiatrices, bénéficiaires et rarement victimes de cette fuite en avant.

Connivence surprenante tant il est difficile d’imaginer que les établissements qui ont joué un rôle actif dans le placement des titres obligataires n’aient pas connu sa vulnérabilité.

Cette aberration n’a cependant gêné ni Capitalia (dont le patron, administrateur du groupe, lui demandait de racheter au prix fort les firmes déficitaires qui plombaient son propre bilan). Ni Banca Intesa (360 millions d’« exposition »).

Même aveuglement des banques étrangères. De la Deutsche Bank, actionnaire direct du groupe à la Bank of America (dont un ex-dirigeant a admis avoir détourné à lui seul 27 millions de dollars), en passant par JP Morgan et Citigroup, elles ont placé 80% des émissions d’obligations dont la valeur réelle déclinait avec le temps, se défaussant finalement sur les épargnants naïfs ou ignorants.

Marcelle Padovani Jean-Gabriel Fredet

© Le Nouvel Observateur

Publié avec l’aimable autorisation du Nouvel Observateur.

Visitez le site du Nouvel Observateur.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1626 / 631824

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La Corruption  Suivre la vie du site Les scandales politico-financiers  Suivre la vie du site PARMALAT   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License