Paradis fiscaux et judiciaires

Blanchiment : Sherpa porte plainte contre BNP Paribas dans l’affaire de la "lessiveuse africaine"

mercredi 13 novembre 2013

Justice

Blanchiment : Sherpa porte plainte contre BNP Paribas dans l’affaire de la "lessiveuse africaine"

13/11/2013 à 18:01 Par Mathieu Olivier

L’affaire dite de la "lessiveuse africaine" désigne un vaste réseau qui aurait été monté dans les années 2000 au sein de la filiale monégasque de la banque française BNP Paribas afin de blanchir des dizaines de millions d’euros provenant d’au moins quatre pays africains : Madagascar, Sénégal, Burkina Faso et Gabon. L’association Sherpa a décidé, mardi, de déposer une plainte en France pour, entre autres, escroquerie, recel de fraude fiscale et blanchiment aggravé commis en bande organisée.

Comment une centaine de millions d’euros, au bas mot, sont-ils sortis d’Afrique en catimini pour se retrouver dans les coffres de la filiale monégasque de la première banque française, BNP Paribas ? C’est la question à laquelle la justice française pourrait bientôt s’intéresser. Mardi 12 novembre, l’ONG Sherpa a déposé une plainte, dont Jeune Afrique a pris connaissance, contre BNP Paribas Wealth Management Monaco, auprès du procureur de la République à Paris pour "escroquerie aggravée commise en bande organisée, recel d’escroquerie, recel de fraude fiscale et blanchiment aggravé commis en bande organisée".

Dans le viseur de l’association : une filière qui aurait été organisée, au début des années 2000, au sein de la branche monégasque de la banque française, et ayant permis, selon Jean Merckaert, membre de Sherpa, de "sortir" plusieurs dizaines, voire une centaine, de millions d’euros d’au moins quatre pays africains : le Sénégal, le Burkina Faso, le Gabon et Madagascar.

Complices involontaires

Le montage, révélé par un ancien salarié de BNP Paribas, licencié depuis, est simple. Il repose sur la complicité involontaire de touristes français en Afrique et se déroule en trois étapes, révélées dans un document confidentiel interne à BNP Paribas, que Jeune Afrique a pu consulter.

- Première phase : au lieu d’avoir à régler en francs CFA leurs nuits d’hôtel, des ressortissants français sont invités à payer en euros avec leur carnet de chèques, sans préciser le nom du bénéficiaire, laissé en blanc. Trop heureux de ne pas avoir à changer leur argent, ceux-ci s’exécutent.

- Deuxième phase : le chèque est racheté en liquide par des résidents des pays concernés, souhaitant sortir des devises à l’insu des autorités financières locales. Ces personnes ou leurs intermédiaires, titulaires d’un compte à la BNP Monaco, apposent leur nom dessus.

- Troisième phase : fin du tour de passe-passe, les chèques en question sont déposés à l’agence BNP de Monaco. L’argent est donc sorti illégalement d’Afrique, sans passer par le moindre contrôle de change, et se retrouve en Europe, où les autorités financières n’y voient que du feu, pensant que les sommes proviennent de flux internes.

Des dizaines de milliers de chèques ?

La fraude aurait touché au moins quatre pays africains, explique l’association Sherpa, durant plusieurs années. Le tout avec l’assentiment au moins passif de BNP Genève, centre névralgique du groupe BNP Paribas, si l’on en croit un document exhumé par le Huffington Post, fin juin. Le montant du préjudice est difficile à évaluer. Selon le rapport interne que Jeune Afrique a consulté, des milliers de chèques auraient été envoyés entre 2008 et 2011 et la somme pourrait s’élever à plusieurs centaines de millions d’euros, selon Sherpa.

Si BNP Paribas ne confirme pas ce chiffre, la banque évoque, dans son document confidentiel, le cas d’un intermédiaire malgache qui aurait fait transiter 10,2 millions d’euros, entre 2008 et 2011, via 284 remises de chèques. Et, toujours selon le document, entre 2010 et la mi-2011, au moins 3 466 envois ont été enregistrés, avant que la banque ne mette fin au système, officiellement, "entre 2011 et 2012". Sherpa parle de son côté de "dizaines de milliers de chèques".

Justice monégasque ou parisienne ?

Étonnamment, et malgré la somme d’informations révélées, la justice monégasque a semblé peu pressée de se pencher sur cette "lessiveuse africaine", alors qu’elle a été alertée, le 10 avril 2013, via un courrier de Sherpa adressé au procureur de Monaco. D’où la plainte déposée contre X et contre BNP Paribas, devant le procureur de la République de Paris cette fois, mardi 12 novembre. Une manière de faire avancer le dossier, quelles que soient les autorités qui choisiront de s’en saisir. Lire la suite sur le site du magazine Jeune Afrique.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 2085 / 524849

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Alliés de la lutte contre les PFJ  Suivre la vie du site Plateforme Paradis Fiscaux et Judiciaires  Suivre la vie du site SHERPA   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License