Paradis fiscaux et judiciaires

Grande-Bretagne : Rafik Khalifa va être extradé vers l’Algérie

mardi 17 décembre 2013

Grande-Bretagne : Rafik Khalifa va être extradé vers l’Algérie

Le Point.fr - Publié le 16/12/2013 à 19:59 - Modifié le 16/12/2013 à 20:13

L’ex-magnat algérien est poursuivi pour banqueroute et détournements de fonds par la justice en France et en Algérie.

Source AFP

L’ex-magnat algérien Rafik Khalifa, poursuivi par la justice en France et en Algérie pour banqueroute et détournements de fonds, sera extradé d’ici à la fin de l’année en Algérie après avoir épuisé ses recours au Royaume-Uni, a annoncé lundi le ministère britannique de l’Intérieur. "M. Khalifa s’est vu refuser d’interjeter appel devant la Cour suprême le 3 décembre. Il va être extradé dans les 28 jours suivant cette date", selon un communiqué du Home Office.

"Tous les recours de Rafik Khalifa" pour empêcher son extradition vers l’Algérie "ont été rejetés" par les autorités britanniques, a indiqué pour sa part lundi la procureure-adjointe du tribunal correctionnel de Nanterre (région parisienne), Marie-Christine Daubigney, au cours d’une audience de procédure. Cette situation équivaut selon elle à une "décision définitive de la Grande-Bretagne" en faveur de l’extradition de l’ancien magnat algérien.

Le procès en France du fondateur de l’empire Khalifa, poursuivi pour banqueroute et détournements de fonds, doit se dérouler du 2 au 20 juin 2014 devant ce tribunal. Rafik Khalifa s’est réfugié en Grande-Bretagne en 2003 quand a éclaté le scandale financier de la Khalifa Bank et de plusieurs autres entreprises de son groupe.

Condamné à la réclusion criminelle à perpétuité

Arrêté à Londres en 2007, il était depuis sous la menace d’une extradition vers la France ou vers l’Algérie. La demande algérienne prévalait cependant. En avril 2010, le ministère de l’Intérieur britannique avait autorisé son extradition, mais l’avocat de l’homme d’affaires avait introduit un appel auprès de la Cour suprême britannique suspendant cette décision.

L’ancien "golden boy" a déjà été condamné par contumace à la réclusion criminelle à perpétuité en 2007 dans son pays, pour association de malfaiteurs et faillite frauduleuse.

Le procès en appel, qui devait débuter le 2 avril 2013 à Blida (sud d’Alger), a été reporté à une date ultérieure en raison de l’absence d’accusés.

Un préjudice compris entre 1,5 et 5 milliards de dollars

À la fin des années 1990, l’empire Khalifa, érigé autour d’une banque, d’une compagnie aérienne et de deux chaînes de télévision et employant 20 000 salariés en Algérie et en Europe, était présenté comme la nouvelle vitrine du régime algérien, qui sortait d’une décennie de guerre civile pour s’ouvrir à l’économie de marché.

Parrainé par de puissants protecteurs, Rafik Khalifa, un jeune pharmacien, était devenu un flamboyant milliardaire dont les soirées à Cannes attiraient les stars internationales.

L’effondrement en 2003 de son groupe avait causé un préjudice - évalué par les autorités à entre 1,5 et 5 milliards de dollars - à l’État algérien et aux épargnants.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 942 / 616422

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La Corruption  Suivre la vie du site Corruption économique  Suivre la vie du site LES INTERMEDIAIRES FINANCIERS  Suivre la vie du site RAFIK KHALIFA   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License