Paradis fiscaux et judiciaires

Ces biens mal acquis depuis le Congo

samedi 19 avril 2014

Ces biens mal acquis depuis le Congo

Les juges pourraient engager des poursuites sur les actifs en France du président congolais, Denis Sassou-Nguesso

Un lourd nuage judiciaire français s’approche du Congo-Brazzaville et de son président, Denis Sassou-Nguesso, piliers de l’influence diplomatique et économique française en Afrique. Ouverte en novembre 2010 à Paris, l’information judiciaire qui vise les biens immobiliers et l’argent déposé en France par trois présidents africains et leurs proches, dont Denis Sassou-Nguesso, vient de faire un pas en avant important, selon nos informations. Les juges d’instruction René Grouman et Roger Le Loire ont reçu le résultat des investigations demandées sur commission rogatoire internationale à Saint-Marin, un paradis fiscal d’une trentaine de milliers d’habitants enclavé dans le nord de l’Italie. C’est en effet dans ce micro-État qu’il fallait se rendre pour remonter la piste de l’argent utilisé par le président du Congo-Brazzaville, au pouvoir depuis 1979 (avec une interruption de cinq ans, entre 1992 et 1997) pour bâtir, pour lui et pour ses proches, un véritable empire immobilier de luxe en France, avec une vingtaine de propriétés, dont notamment un hôtel particulier au Vésinet (Yvelines) et de nombreux immeubles dans les plus beaux quartiers de Paris. Train de vie fastueux Pour les enquêteurs, la conclusion de l’enquête couronnée par les investigations à Saint-Marin est claire : l’argent vient soit directement des caisses du Trésor public congolais, soit d’entrepreneurs du bâtiment, qui ont donc... Lire la suite.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 992 / 489498

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La Corruption  Suivre la vie du site Corruption politique  Suivre la vie du site LES BIENS MAL ACQUIS   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License