Paradis fiscaux et judiciaires

Les flux financiers illégaux augmentent de près de 9% par an

jeudi 21 août 2014

Évasion fiscale jeudi 21 août 2014

Les flux financiers illégaux augmentent de près de 9% par an

Par Dejan Nikolic

Les transactions douteuses coûteraient aux Etats près de 1000 milliards de dollars par an . L’ONU lance une enquête portant sur l’après-2015

Le manque à gagner des pouvoirs publics à cause de détournements de fonds, de l’évasion fiscale, de la corruption ou du crime organisé se serait élevé en 2011 à 946,7 milliards de dollars. Ces flux financiers illicites, provenant majoritairement de pays en développement, auraient pu servir à alléger les dettes des Etats, stipulait en mai dernier le rapport final de l’expert indépendant (Cephas Lumina) chargé d’enquêter pour le Conseil des droits de l’homme à Genève.

Bilan : les Nations unies ont mandaté un nouvel investigateur (Juan Pablo Bohoslavsky) pour entreprendre une étude sur les effets néfastes de ces transactions suspectes dans le contexte du programme de développement de l’après-2015. Car ces mouvements d’argent illégitimes ont enregistré une croissance de 13,7% entre 2010 et 2011, soit en moyenne annuelle 8,6% depuis 2001. Un document intermédiaire est attendu en mars 2015, suivi, un an plus tard, d’une analyse encore plus fine de la situation.

[...] En 2009, les flux financiers illicites dépassaient de plus de trois fois les montants d’aide au développement octroyés à l’Afrique. A en croire la Banque mondiale, les 100 millions de dollars détournés des caisses publiques auraient pu traiter pendant un an plus de 600 000 personnes atteintes de HIV, amener l’eau à quelque 250 000 foyers ou vacciner intégralement environ 4 millions d’enfants.

Autre volet de l’étude : le non-rapatriement de fonds gelés (produits de détournements ou de la corruption). Dans ce contexte, l’expert indépendant évoque naturellement la Suisse, comme coffre-fort des dictateurs encore en poste ou autres potentats déchus. « Moins de 1% de tous ces fonds illégaux sont aujourd’hui gelés », regrette-t-il. Et l’enquêteur de préciser : « Entre 2010 et 2012, nous avons toutefois observé une augmentation des volumes d’avoirs illicites immobilisés puis restitués. » Durant cette période, environ 27 milliards de dollars ont été bloqués à travers le monde et 4 milliards rendus.

L’évasion fiscale perpétrée par des multinationales est la cause principale des pertes (jusqu’à 870 milliards d’euros par an) encourues par les pays les plus pauvres. « La transparence devrait être totale […]. Il y a là clairement un manque de volonté politique, les gouvernements ne s’en tenant qu’à un exercice de pure rhétorique. Lire la suite sur le site du journal Le Temps.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1868 / 567203

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Alliés de la lutte contre les PFJ  Suivre la vie du site L’ONU   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License