Paradis fiscaux et judiciaires

Google envisage de quitter les paradis fiscaux

vendredi 17 octobre 2014

Google envisage de quitter les paradis fiscaux

LE MONDE ECONOMIE | 17.10.2014 à 11h23 • Mis à jour le 17.10.2014 à 11h31 |

Par Anne Michel

Attaqué pour sa stratégie d’optimisation fiscale agressive, Google réfléchit depuis plusieurs mois, en secret, à une modification de son organisation juridique et fiscale mondiale.

La multinationale américaine envisage, dans ce cadre, de démanteler sa société aux Bermudes, pour se concentrer sur son implantation en Irlande, où le taux d’imposition des sociétés de 12,5 % reste très compétitif. L’idée est à la fois de restaurer son image et d’anticiper le durcissement des règles fiscales.

Le projet est, selon nos informations, discuté au niveau du management et du conseil d’administration de Google, où il fait débat. Il est de fait ultrasensible, les Bermudes étant aujourd’hui le pivot du schéma fiscal du moteur de recherche. Parmi les partisans du changement figurerait Patrick Pichette, le directeur financier de Google depuis 2008, et premier vice-président du groupe. Les actionnaires, eux, exprimeraient des réticences.

La décision de l’Irlande, le 14 octobre, de changer sa loi et de mettre fin au fameux « double irish » – cette technique fiscale basée sur le statut de société hybride irlandaise, qui permet aux multinationales implantées à Dublin de délocaliser leurs profits vers des paradis fiscaux – devrait renforcer les soutiens du projet.

Ce « double irish » est en effet utilisé par Google pour extérioriser ses profits aux Bermudes. Son interdiction condamne donc l’implantation bermudienne de Google à l’horizon 2020 au plus tard. Lire la suite sur le site du journal Le Monde.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 159 / 452128

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La fiscalité des états de droit  Suivre la vie du site Le dumping fiscal   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License