Paradis fiscaux et judiciaires

Le parquet de Milan demande la collaboration d’Alger

lundi 27 octobre 2014

Le parquet de Milan demande la collaboration d’Alger

L’enquête se recentre sur Chakib Khelil

le 27.10.14 | 10h00

La justice italienne, pour qui les liens entre Chakib Khelil et l’ancien patron de l’Eni, Scaroni, sont désormais évidents, relancera les auditions début novembre et sollicite la collaboration de son homolgue algérienne pour la suite de l’enquête.

Rome
De notre correspondante

Le sort de l’ancien administrateur délégué de l’ENI, Paolo Scaroni, et celui de l’ancien ministre de l’Energie, Chakib Khelil, sont scellés. Les juges milanais sont convaincus qu’une grande partie de l’argent versé aux Algériens a été récupéré par l’ancien patron de l’ENI. D’anciens dirigeants de Saipem seront interrogés probablement le 3 novembre prochain.

Les magistrats du pôle anticorruption ont lancé huit commissions rogatoires adressées aux autorités des pays suivants : Algérie, Suisse, Luxembourg, Abu Dhabi, Liban, France, Hong Kong et Singapour. Les investigateurs italiens sont certains que la société-écran Pearls Partners, appartenant au neveu de l’ancien ministre des Affaires étrangères Mohamed Bedjaoui, n’était en réalité qu’une caisse noire par laquelle transitait l’argent des pots-de-vin généreusement versés par les dirigeants de Saipem (la filiale dont l’ENI détient la majorité des actions) aux responsables de Sonatrach et aux fonctionnaires algériens, entre 2007 et 2010, pour décrocher sept contrats d’une valeur totale de 11 milliards d’euros.

Ces sommes faramineuses, estimées à 198 millions d’euros, ne seraient, selon l’enquête, qu’un trésor caché que l’ancien n°1 de l’ENI aurait dissimulé dans différents paradis fiscaux pour pouvoir le récupérer par le biais d’un fonds privé, The Paolo Scaroni Trust. C’est cet organisme financier directement lié à Scaroni, à son épouse et à ses descendants, qui intéresse les enquêteurs. Les juges Fabio De Pasquale, Giordano Baggio et Isidoro Palma ont présenté, la semaine dernière, une demande au juge chargé de l’enquête préliminaire, Alfonsa Ferraro, pour les autoriser à interroger deux anciens dirigeants de Saipem, Pietro Varone (directeur des opérations) et Tullio Orsi (ancien directeur de Saipem pour l’Algérie). Des interrogatoires qui seront retenus comme preuves lors du procès. Lire la suite.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 108 / 523453

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La Corruption  Suivre la vie du site Corruption économique  Suivre la vie du site LES CAISSES NOIRES DES ENTREPRISES  Suivre la vie du site Affaire Saipem et Sonatrach   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License