Paradis fiscaux et judiciaires

Renzi négocie la fin des comptes secrets à la banque du Vatican

lundi 9 mars 2015 par marieagnes

Renzi négocie la fin des comptes secrets à la banque du Vatican

Par Richard Heuzé Mis à jour le 08/03/2015 à 19:39 Publié le 08/03/2015 à 19:10

Depuis 2013, l’Institut pour les œuvres religieuses (IOR) a déjà fermé 3355 comptes. Des procédures identiques sont en cours pour 359 autres.

Après la Suisse (23 février), le Liechtenstein (26 février) et la Principauté de Monaco (2 mars), l’Italie est en passe de normaliser ses relations fiscales avec le Vatican. « L’Italie espère récupérer un peu d’argent du Saint-Siège », a déclaré assez prosaïquement Matteo Renzi, en faisant savoir ce week-end que la signature d’un accord normalisant les relations bancaires entre les deux États est imminente. L’Institut pour les Œuvres de religion (IOR) - la banque du Vatican à la sulfureuse réputation - ne pourra plus se comporter comme une banque offshore et entretenir des comptes secrets aux yeux du Trésor italien.

Les 359 particuliers italiens détenant au total 183 millions d’euros en toute illégalité auront jusqu’à septembre prochain pour se dénoncer auprès du fisc de leur pays, sous peine d’encourir des poursuites pénales. Depuis 2013, l’IOR a déjà fermé 3355 comptes. Des procédures identiques sont en cours pour 359 autres. Un certain nombre de ces comptes sont détenus par des institutions religieuses qui s’en servent pour des actions de charité. Ils devront désormais être clairement identifiés.

De son côté, l’IOR dispose de 150 millions d’euros bloqués depuis 2013 dans les coffres de quatre banques italiennes. La Banque d’Italie doit encore donner son aval à la sortie du Vatican de la « liste grise » des paradis fiscaux. Lire la suite sur le site du journal Le Figaro.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 141 / 489096

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La Corruption  Suivre la vie du site Corruption économique  Suivre la vie du site LES BANQUES  Suivre la vie du site L’Institut des Oeuvres Pontificales (la banque du (...)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License