Paradis fiscaux et judiciaires

« Des relations concurrentielles et complémentaires »

mardi 24 mars 2015 par marieagnes

Alan Yarrow, Lord-maire de la City de Londres

« Des relations concurrentielles et complémentaires »

Publié le lundi 23 mars 2015 à 11:55

Monsieur Yarrow, qu’est-ce qui vous amène au Grand-Duché ces lundi et mardi ?

Il s’agit d’une tournée de promotion, mais nous souhaitons aussi parler aux représentants du Luxembourg avant que le pays ne prenne la présidence de l’Union européenne. Nous voulons marteler le fait que 85% de nos actionnaires veulent voir rester la City au sein d’une Europe réformée.

[...] Quelle est la position de la City pour ce qui concerne les tax rulings et notamment sur la nécessité de les communiquer aux administrations fiscales étrangères ?

Sur le fond, nous souhaitons que toutes les sociétés et les citoyens britanniques contribuent individuellement aux progrès économiques et sociaux en payant leurs impôts. Cela dit, les sociétés chercheront toujours des juridictions compétitives. Et cela paraît raisonnable pour une firme de tenter de profiter pleinement, légalement et de manière éthique, du système mis en place par le gouvernement, pour payer des impôts de manière efficiente. Mais un point clé demeure. Les mêmes règles du jeu doivent s’appliquer à toutes les sociétés et ces dernières doivent les respecter.

[...] Comment avez-vous perçu l’affaire LuxLeaks depuis Londres ?

Je pense, d’une manière générale, et il s’agit là de ma perception personnelle, que sur ces sujets, il faut très vite faire la distinction entre l’évitement fiscal et l’évasion fiscale. Le premier est légal. La deuxième non. Ensuite vient la question « où les taxes doivent-elles être payées ? ». Sincèrement, je crois qu’elles doivent être honorées dans le pays où le revenu est généré. Je fais ici référence à Amazon et Starbucks qui utilisent des véhicules voués à minimiser le taux ou l’assiette d’imposition dans le pays où l’argent est généré. Que dirait le Luxembourg si Amazon y avait effectivement un marché et que la société transférait, le plus légalement du monde, ses revenus à l’étranger ? Être légal ne signifie pas forcément être juste.

[...] D’accord, mais au Royaume-Uni vous avez également de nombreux régimes fiscaux préférentiels comme ceux destinés aux fortunes étrangères (« non-doms »), celui de la propriété intellectuelle ou encore celui des Hedge Funds... Vous ne communiquez donc pas sur ces sujets.

Je dois dire que la politique fiscale n’est pas quelque chose sur lequel nous communiquons quand nous nous déplaçons à l’étranger. Lire la suite.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 147 / 540990

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le continent européen  Suivre la vie du site La Grande Bretagne   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License