Paradis fiscaux et judiciaires

Angola : le clan Dos Santos veut récupérer les millions de ses vacances sur la Côte d’Azur

jeudi 23 juillet 2015 par marieagnes

Enquête

Angola : le clan Dos Santos veut récupérer les millions de ses vacances sur la Côte d’Azur

Par Xavier Monnier (contributeur Le Monde Afrique)

Le Monde.fr Le 23.07.2015 à 15h27 • Mis à jour le 23.07.2015 à 18h29

Ce devait être un beau week-end sur la côte d’Azur. Entre bars branchés, casinos, et restaurants haut de gamme. Pour ces dames, quelques visites dans les boutiques de luxe qui s’étalent de Cannes à Monaco. Tout un étage du prestigieux hôtel Métropole, l’un des plus beaux établissements de la principauté, avait été réservé. La bagatelle de 80 000 euros en liquide. Mais un petit détail a grippé le beau programme de la jeunesse angolaise venu fêter son nouveau statut doré. Ou plutôt diamanté tant la richesse de l’ancienne colonie portugaise s’appuie sur les gemmes et le brut dont elle déborde.

Dans la nuit du 13 juin 2013, l’attention des services douaniers d’Arles (Bouches-du-Rhône) est attirée par le passage d’une grosse cylindrée, une Mercedes. Immatriculée à l’étranger, le bolide emprunte la voie royale des go-fast qui alimente en stupéfiants la région marseillaise. Et le contrôle du véhicule paraît conforter les soupçons. Deux millions d’euros en liquide sont découverts dans une boîte à chaussure et un sac plastique. Et la pêche n’est pas terminée. La même soirée, les douaniers de Montpellier découvrent, sur le même itinéraire, une Mercedes contenant 910 000 euros en petites coupures.

Un périple pour satisfaire Bento Dos Santos Kangamba

Près de trois millions d’euros saisis, deux bolides, quatre gardes à vue sur la route du shit : une belle nuit pour la douane qui s’achève par un étrange numéro. Quatre individus se présentent au service des douanes puis au commissariat de Montpellier à la recherche de leurs amis, avec qui ils voyageaient en convoi. « Etant donné leur profil semblable », écrivent les policiers, les quatre hommes rejoignent leurs deux compagnons en garde à vue, avant d’être mis en examen pour blanchiment de fonds en bande organisée, infraction à la législation sur les douanes et association de malfaiteurs. Leurs explications auprès des policiers et du juge d’instruction Pierre Philippon passent mal.

Selon les suspects, ils ne faisaient que transporter des fonds, légaux, depuis le Portugal vers Monaco, afin d’assurer le train de vie d’une virée entre amis. Leur périple a été commandité par Bento Dos Santos Knagamba, un neveu par alliance du président angolais, ponte du MPLA au pouvoir, prospère propriétaire d’une mine de diamant et patron d’un club de foot où la vieillissante star brésilienne Rivaldo est venue vendre ses talents.

La belle histoire ne convainc pas. Elle encourage plutôt les policiers à creuser la piste Bento. Et cinq des suspects de passer une bonne partie de l’été à la prison des Baumettes, au confort tout autre que les chambres du Métropole, avant d’être libéré le 9 aout 2013.

Au Portugal, l’affaire connaît un énorme retentissement. Là-bas, les investissements de l’ancienne colonie dans un pays en crise crispent la société civile, paralysent un gouvernement à la recherche de liquidités et interroge.

[...] Réputé corrompu, le régime et surtout le clan du président Eduardo dos Santos sont soupçonné de piller l’économie du pays pour investir au Portugal.

L’arrestation des proches du général Bento constitue même la scène d’ouverture du livre Les nouveaux propriétaires angolais du Portugal, paru début 2014.
Bento, cet « Abrahamovitch angolais »

L’homme, surnommé « l’Abrahamovitch angolais », n’en est pas à ses premiers démêlés avec la justice internationale. Dans le viseur des autorités portugaises qui s’interrogent sur l’origine de sa fortune, Kangamba est à l’époque la cible d’un mandat d’arrêt international, relayé par Interpol, pour son implication présumée dans un réseau de prostitution entre le Brésil, l’Angola et l’Autriche.

Sitôt reçu la commission rogatoire internationale du juge marseillais, les policiers portugais perquisitionnent ses domiciles. Selon les documents consultés par « Le Monde Afrique », 8 millions d’euros en petites coupures sont retrouvés dans des valises au sein de ses propriétés, trois appartements d’une valeur de 16 millions d’euros sont saisis et ses avoirs au Portugal gelés fin 2014. Pendant quelques mois. Toutes les mesures le touchant ont été levées au printemps dernier sur demande de la justice portugaise, ses millions restitués et aucune charge n’a été retenue contre lui. La justice brésilienne, elle, a renoncé à la poursuivre dès juin 2014.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/07/23/angola-le-clan-dos-santos-veut-recuperer-les-millions-de-ses-vacances-sur-la-cote-d-azur_4695655_3212.html#WF96sZDMRlTRmaeQ.99


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 221 / 523789

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Les dictatures  Suivre la vie du site ANGOLA   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License