Paradis fiscaux et judiciaires

Malaisie : 700 millions de dollars s’égarent dans les poches du Premier ministre

lundi 10 août 2015 par marieagnes

Malaisie : 700 millions de dollars s’égarent dans les poches du Premier ministre

Blanchi dans son pays, Najib Razak n’en a pas fini avec la justice suisse, tandis qu’en France, une enquête est en cours sur la vente de deux sous-marins.

De notre correspondant à Genève, Ian Hamel

Publié le 09/08/2015 à 15:23 | Le Point.fr

En début de semaine, l’Agence malaisienne anticorruption annonce que le Premier ministre n’a rien à se reprocher. Les 700 millions de dollars retrouvés sur ses comptes bancaires personnels n’ont pas été détournés de la société publique 1Malaysia Development Berhad (1 MDB), créée à son initiative après son arrivée au pouvoir en 2009. Il s’agit de… dons. L’agence anticorruption omet toutefois de préciser l’identité des généreux donateurs. Il est vrai que Najib Razak ne met guère de gants pour se débarrasser de ses éventuels contradicteurs. Fin juillet, il a limogé Muhyiddin Yassin, son vice-Premier ministre, qui osait lui demander des explications, et Abdul Gani Patail, le procureur général, qui avait eu l’outrecuidance d’ouvrir une enquête sur cette affaire, révélée par le Wall Street Journal, et par une publication locale, Sarawak Report.

Pour le Premier ministre malaisien, les ennuis risquent de venir… de la Suisse. Longtemps paradis pour tous les dirigeants cleptomanes de la planète, la Confédération veut tourner la plage. Le Ministère public est entré « en contact avec les autorités malaisiennes et avec le Bureau de communication en matière de blanchiment d’argent », et « examine soigneusement » les transferts financiers liés à cette affaire. Certaines opérations passaient par Tortola, dans les îles vierges britanniques, et par la banque Coutts à Zurich, si l’on en croit un courrier strictly private and confidentiel, que Le Point.fr a pu se procurer. 1MDB (endettée à hauteur de 11 milliards de dollars) traitait avec la filiale aux îles Cayman de PetrauSaudi Holdings. Pourquoi de l’argent si honnêtement perçu était-il obligé d’emprunter des circuits si complexes ?

Une mort suspecte

Autres ennuis en perspective pour Najib Razak : le banquier suisse Pascal Najadi remue ciel et terre pour faire la lumière sur l’assassinat de son père, Hussain Ahmad Najadi en juillet 2013.« Mon père, fondateur de l’Arab Malaysian Development Bank à Kuala Lumpur, a été assassiné pour tenter d’étouffer les scandales de corruption qui éclaboussent le Premier ministre de Malaisie. Comment expliquer que le commanditaire de ce meurtre, connu par la justice, a pu s’enfuir, d’abord en Australie, puis en Chine ? » s’insurge Pascal Najadi, à la tête de la société Najadi & Partners, domiciliée dans le canton de Zoug.

Le banquier suisse est entré en contact avec l’avocat parisien William Bourdon, conseil de Suaram, une ONG malaisienne spécialisée dans la lutte contre la corruption. Celle-ci mène toujours des investigations concernant la vente par la France de 2002 de deux sous-marins à la Malaisie. Ce contrat de 1,1 milliard d’euros aurait donné lieu à des pots-de-vin, estimés à 150 millions d’euros, versés à deux sociétés malaises dirigées par Razak Baginda, un proche collaborateur de… Najib Razak, alors ministre de la Défense. Lire la suite.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 174 / 540347

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le continent asiatique  Suivre la vie du site Malaisie   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License