Paradis fiscaux et judiciaires

« Panama Papers » : les escapades offshore de proches du FN

mercredi 6 avril 2016 par marieagnes

Extrême droite

« Panama Papers » : les escapades offshore de proches du FN

Par Dominique Albertini — 5 avril 2016 à 13:09

Selon « le Monde », Jean-Marie Le Pen et Frédéric Chatillon auraient tous deux eu recours à des montages sophistiqués pour faire sortir des fonds de France.

Nationalisme et capitalisme globalisé peuvent-ils faire bon ménage ? Oui, semblent indiquer les « Panama Papers », cette fuite de documents mettant au jour un vaste système d’évasion fiscale. Selon le Monde, deux proches du Front national auraient eu recours à de complexes montages pour faire sortir de l’argent de France : Jean-Marie Le Pen, ex-président du mouvement, et Frédéric Chatillon, ami personnel de Marine Le Pen et important prestataire du FN. Le point sur ces nouveaux épisodes.

Qu’apprend-on sur Jean-Marie Le Pen ?

Concernant Jean-Marie Le Pen, ces informations renforcent des soupçons déjà existants de fraude fiscale : depuis septembre 2015, le père de Marine Le Pen est visé par une plainte du fisc, qui le suspecte d’avoir dissimulé environ 2,2 millions d’euros sur un compte domicilié d’abord sur l’île de Guernesey, puis aux Bahamas, et géré depuis la Suisse. Les valeurs hébergées par ce compte se répartiraient entre billets, titres, lingots et pièces d’or. Et son titulaire serait la société offshore Balerton Marketing Ltd, créée en 2000 aux îles Vierges britanniques et hébergée jusqu’en 2013 par le cabinet panaméen Mossack Fonseca, au cœur des « Panama Papers ».

[...] Qu’apprend-on sur Frédéric Chatillon ?

Ex-militant radical reconverti dans les affaires, Frédéric Chatillon est aujourd’hui un personnage clé de l’économie du FN. Ce proche de Marine Le Pen dirige notamment la société de communication Riwal, qui fournit l’essentiel du matériel de campagne frontiste. Les « Panama Papers » retracent le parcours d’une somme de 316 000 euros investie par Chatillon dans la société d’un ami, basée à Singapour. Pour faire sortir cet argent, Chatillon a recouru à un montage complexe, impliquant la société française Unanime, et les sociétés hongkongaises Ever Harvest et Time Dragon. Selon le Monde, une fausse facture portant sur la réalisation de sites internet pour le Front national aurait été réalisée, afin de justifier le mouvement de fonds entre la France et l’Asie. Dans l’affaire, Frédéric Chatillon aurait été conseillé par un autre proche du Front national, l’expert-comptable Nicolas Crochet. Lire la suite.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 118 / 613979

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Alliés de la lutte contre les PFJ  Suivre la vie du site L’affaire Offshore Leaks  Suivre la vie du site Panama Papers   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License