Paradis fiscaux et judiciaires

Karachi : un scandale d’État bientôt devant le tribunal ?

jeudi 3 novembre 2016 par marieagnes

Karachi : un scandale d’État bientôt devant le tribunal ?

La chambre d’instruction de la cour d’appel de Lyon se penche depuis jeudi sur le financement de la campagne présidentielle d’Édouard Balladur en 1995.

Par Marc Leplongeon

Modifié le 03/11/2016 à 14:21 - Publié le 03/11/2016 à 13:00 | Le Point.fr

Ce jeudi 3 novembre 2016, plus de 20 ans après les faits, la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Lyon se penche enfin sur l’affaire Karachi. Et doit confirmer ou non le renvoi devant le tribunal correctionnel de plusieurs « seconds couteaux » d’Édouard Balladur, soupçonnés d’avoir aidé l’ancien Premier ministre à réunir des fonds en vue de l’élection présidentielle de 1995. De son côté, Balladur, 87 ans, profite pour le moment des lenteurs de la Cour de justice de la République, seule compétente à juger des délits commis par les ministres dans l’exercice de leurs fonctions.

L’affaire est certainement un des plus gros scandales politico-financiers des dernières décennies. En 1994, alors qu’Édouard Balladur est chef de gouvernement et François Léotard ministre de la Défense, la Direction des constructions navales internationales (DCN-I) s’attelle à conclure un contrat très juteux avec le Pakistan portant sur la construction de trois sous-marins. L’entreprise Thomson, elle, appuyée par la Sofresa – un organisme mandaté par l’État français chargé de veiller à la bonne exécution des contrats commerciaux avec l’Arabie saoudite –, remporte un marché de plusieurs milliards de francs. La survenue d’un attentat à Karachi, au Pakistan, le 8 mai 2002, causant la mort de 11 salariés français de la DCN, poussera les juges d’instruction à s’intéresser de plus près à la manière dont ces contrats d’armement ont été conclus. Et, surtout, qui en a profité…

[...] Fin octobre, l’avocat général Jean-Paul Gandolière, en vue de l’audience, a adressé aux différentes parties un épais réquisitoire cité par Mediapart et que Le Point.fr a pu consulter. Ce document, très précis, résume des années de magouille politique et de soupçons de financement véreux de campagne électorale.

Tout part d’une rencontre fortuite dans les années 80 entre un homme d’affaires sulfureux, Ziad Takieddine, ancien directeur général de la station Isola 2000, et François Léotard, futur ministre de la Défense du gouvernement Balladur. Les deux hommes se connaissent un peu et Takieddine va rapidement faire fructifier ses relations. En avril 1993, les voilà donc qui dînent ensemble à l’hôtel de Brienne. L’homme d’affaires tente de convaincre le ministre du rôle que pourrait jouer un certain Ali Ben Moussalem dans les relations commerciales de la France avec l’Arabie saoudite. L’idée suit son chemin et les deux intermédiaires sont introduits auprès du Premier ministre, Édouard Balladur, de son directeur de cabinet Nicolas Bazire, de Thierry Gaubert (membre du cabinet du ministre du Budget Nicolas Sarkozy) et surtout de Renaud Donnedieu de Vabres, conseiller spécial du ministre de la Défense.

[...] Un réseau « parasite »

Pour obtenir des contrats, l’usage, pratiqué à l’époque par toutes les grandes entreprises mondiales était de copieusement arroser les dignitaires des régimes étrangers. Les commissions étaient si importantes – « exorbitantes », selon l’expression de l’avocat général – que, couplées à d’autres problèmes relatifs à l’exécution du marché, la perte totale du contrat pakistanais Agosta s’élèvera… à 1,3 milliard de francs. Lorsque Jacques Chirac arrive au pouvoir, il fait immédiatement cesser ces commissions, soupçonnant qu’une partie d’entre elles soient destinées à financer la carrière politique de son plus grand rival. Un contrôleur général des armées, chargé par le ministère de la Défense de faire le clair sur cette histoire en octobre 1997, ne dira pas autre chose aux enquêteurs qui l’interrogent : des rétrocommissions ont probablement été versées : « C’était la vraie finalité du contrat », affirmera-t-il.

De facto, les juges vont s’apercevoir que, non contents d’encaisser leurs commissions via des sociétés offshore, les membres du réseau « K » retiraient des espèces en Suisse avant de les faire entrer en France… Les banques ne sont pas regardantes. « Pourriez-vous me confirmer la signature de Ziad Takieddine ? Il n’avait pas son passeport sur lui. Merci », lit-on ainsi dans une note de la BCP entre les mains de la justice.

Des liasses de 500 francs dans du papier journal

À l’approche des élections françaises, les retraits se font beaucoup plus importants. Takieddine craint les douanes françaises et s’arrange pour apparaître le moins possible. Les fonds transitent par les comptes d’un cheikh au Koweït et sont retirés à la banque suisse par un homme de confiance, qui les empile par liasses de 500 francs dans du papier journal et des sacs en plastique. Questionné, Takieddine finira par reconnaître avoir remis des espèces au clan Balladur, qui continue, encore aujourd’hui, à nier ardemment. Les preuves sont pourtant accablantes. Lire la suite.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 73 / 539496

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La Corruption  Suivre la vie du site Les scandales politico-financiers  Suivre la vie du site L’ATTENTAT DE KARACHI   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License