Paradis fiscaux et judiciaires

Un banquier français au cœur du scandale des mines en Guinée

samedi 17 décembre 2016 par marieagnes

Afrique

Un banquier français au cœur du scandale des mines en Guinée

Dernière modification : 16/12/2016

François Polge de Combret, banquier français conseiller du président guinéen Alpha Condé, a joué un rôle central dans l’attribution de la concession du gisement de fer de Simandou, selon de nouveaux documents révélés par France 24.

France 24 est en mesure de faire de nouvelles révélations sur l’homme par qui le scandale est arrivé en Guinée. François Polge de Combret, un banquier français conseiller du président Alpha Condé, est dans l’œil du cyclone depuis la révélation de son rôle dans la dispute pour l’attribution de la concession de Simandou, l’un des plus grands gisements de minerai de fer au monde.

Simandou est l’objet de toutes les convoitises. Mais aussi de lourds soupçons de corruption à grande échelle.

[...] Un mail qui laisse supposer une relation entre François de Combret et Rio Tinto

Quant au géant minier, il affirme avoir découvert en août dernier, lors d’une enquête interne, un échange de courriels entre trois de ses hauts cadres discutant le paiement de François de Combret pour les services rendus par celui-ci dans la négociation du contrat de Simandou. Le contrat avait été conclu en avril 2011, un mois avant cet échange de courriels. Rio Tinto n’a jamais dévoilé ni la nature ni la durée de ses liens avec François de Combret.

Selon des documents obtenus par France 24, un lien entre Rio Tinto et le banquier français aurait persisté au moins jusqu’en mars de cette année. Un email daté du 15 mars 2016, envoyé à François de Combret par un banquier suisse, évoque en effet une lettre de Rio Tinto. L’objet du mail parle de "lettre Rio Tinto" et la première phrase évoque "la réception ce matin de la lettre de Rio Tinto."

Le courriel concerne la clôture de comptes détenus par une société contrôlée par François de Combret à la banque Piguet Galland à Lausanne et le transfert des fonds vers un compte nominatif. Le message de Marc Brussard, directeur adjoint de la banque Piguet Galland, à son client semble indiquer que pour mener à bien l’opération, une lettre de Rio Tinto était nécessaire. Ce qui laisse supposer qu’il existait une relation, contractuelle ou autre, entre François de Combret et le géant minier.

Une société de François de Combret basée dans un paradis fiscal

Plus intrigant, l’opération concerne une société basée aux îles Vierges britanniques, un paradis fiscal. Le banquier indique en effet à François de Combret la procédure à suivre pour clôturer deux comptes détenus par Sufatos limited. Une société dont il précise dans son courriel que François de Combret est le directeur et bénéficiaire économique. Il lui enjoint de faire une déclaration aux autorités américaines, l’un des comptes ayant détenu plus de 250 000 francs suisses, le seuil obligatoire pour déclarer des sociétés aux autorités américaines. Or, cette déclaration, que France 24 s’est procurée, fait apparaître que Sufatos est enregistrée aux îles Vierges britanniques.

D’après les registres des îles Vierges britanniques que nous avons consultés, Sufatos a été créée en janvier 2011. Soit trois mois avant la conclusion du contrat de Rio Tinto sur Simandou, pour lequel le géant minier a versé à François de Combret les fameux 10,5 millions de dollars. Sufatos a été mise en liquidation le 15 juin 2016, soit exactement trois mois après l’échange de courriel entre Combret et son banquier évoquant la lettre de Rio Tinto. Lire la suite.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 452 / 487602

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Les catastrophes écologiques & sanitaires  Suivre la vie du site L’exploitation minière   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License