Paradis fiscaux et judiciaires

L’infante Cristina blanchie mais son époux condamné

vendredi 17 février 2017 par marieagnes

L’infante Cristina blanchie mais son époux condamné

Espagne Le mari de la soeur du roi d’Espagne a écopé de 6 ans et 3 mois de prison dans son procès pour fraude fiscale.

La princesse Cristina de Bourbon, soeur du roi d’Espagne Felipe VI, a été blanchie vendredi dans le procès pour fraude fiscale qui lui était intenté, selon les autorités judiciaires espagnoles. Son mari, Inaki Urdangarin, écope pour sa part de 6 ans et 3 mois de prison.

L’ancien international de handball était accusé d’avoir détourné plusieurs millions d’euros de fonds publics par le biais de sa fondation Noos. L’infante devra toutefois s’acquitter d’une amende en raison de sa responsabilité civile.

La soeur du roi d’Espagne s’est dite « satisfaite » de sa relaxe mais « attristée » par la peine de prison infligée à son mari. Elle « a réagi (au jugement) avec satisfaction, mais aussi (...) avec la contrariété de voir son mari condamné, une condamnation qu’elle considère injuste car elle a toujours cru, elle croit et continuera de croire en son innocence », a expliqué à la presse Miquel Roca, l’avocat de l’infante, après s’être entretenu au téléphone avec sa cliente.

Ce jugement démontre « l’égalité de tous les citoyens devant la loi », a-t-il ajouté.

La Maison Royale n’a pas souhaité commenter la décision, se bornant à transmettre son respect pour l’indépendance de la justice.

Un an de procès

Inaki Urdangarin était inculpé de fraude, évasion fiscale, falsification de documents et détournement de fonds publics. Cristina, elle, était uniquement accusée de fraude fiscale.

Le couple, qui n’était pas présent à l’énoncé du verdict, a toujours contesté toute malversation. Dix-huit personnes au total étaient jugées dans cette affaire. Le procès a duré au total une année.

Le tribunal des Iles Baléares, à Palma de Majorque, a innocenté Cristina de Bourbon, soupçonnée de complicité de fraude fiscale. Mais il a jugé coupable le père de ses quatre enfants Inaki Urdangarin, qui était accusé d’avoir, avec un associé, détourné plusieurs millions d’euros de subventions attribuées à une fondation qu’il présidait.

Ombre sur la famille royale

Inaki Urdangarin a toujours dit qu’il n’avait jamais pris aucune décision sans en référer à la Maison Royale. Depuis, le couple, qui vit actuellement à Genève, a été exclu des actes officiels de la famille royale.

L’affaire dite « Noos » avait ébranlé la monarchie espagnole à la popularité en berne en pleine crise économique, et précipité l’abdication du père de Cristina, le roi Juan Carlos, en 2014, au profit de Felipe VI.

Jamais un membre de la famille royale d’Espagne ne s’était retrouvé dans le box des accusés depuis l’instauration de la monarchie constitutionnelle en 1975.

Le procès a fortement entaché l’image de la monarchie, déjà mise à mal il y a quelques années par la révélation selon laquelle l’ancien roi Juan Carlos était allé faire un safari en Afrique au plus fort de la crise financière touchant le pays.

Juan Carlos a abdiqué en faveur de son fils en 2014.

(afp/ats/nxp)
(Créé : 17.02.2017, 04h40)


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 122 / 453533

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La Corruption  Suivre la vie du site Corruption politique  Suivre la vie du site LE PERSONNEL POLITIQUE  Suivre la vie du site Infante Cristina   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License