Paradis fiscaux et judiciaires

Marc Ladreit de Lacharrière, l’ami public n° 1

mercredi 15 mars 2017 par marieagnes

Marc Ladreit de Lacharrière, l’ami public n° 1

Figure incontournable du capitalisme français, le propriétaire de la « Revue des deux mondes » s’est retrouvé sous les projecteurs dans l’affaire Fillon.

LE MONDE | 15.03.2017 à 06h43 • Mis à jour le 15.03.2017 à 10h11 | Par Isabelle Chaperon et Marie-Béatrice Baudet

L’homme n’est plus le même. On le perçoit dès l’ouverture de la porte blindée qui protège son élégant bureau, au deuxième étage de l’hôtel particulier dont il est propriétaire, rue de Lille, dans le 7e arrondissement de Paris.

Même s’il sourit en nous accueillant, ce jeudi 9 mars, Marc Ladreit de Lacharrière semble sur la défensive, lui d’habitude si affable. Depuis la révélation, le 25 janvier, de l’affaire Fillon par Le Canard enchaîné, l’entrepreneur au plus beau carnet d’adresses de la capitale risque une mise en examen pour « abus de biens sociaux ». A 76 ans, et après une carrière si souvent glorifiée en France comme à l’étranger, le coup est rude.

Propriétaire depuis 1991 de la Revue des deux mondes, qui publia Baudelaire et Balzac, le milliardaire a employé l’épouse du candidat du parti Les Républicains (LR) à l’élection présidentielle comme conseillère littéraire, entre mai 2012 et décembre 2013, payée 5 000 euros brut par mois.

Mais était-ce un emploi réel ou fictif ? La justice s’interroge. De même, les enquêteurs se demandent encore si ce recrutement, ainsi que les relations d’affaires entre Fimalac, la holding familiale de « MLL », comme abrègent ses connaissances, et la société 2F ­Conseil de François Fillon pourraient avoir un lien avec l’attribution du titre de grand-croix de la Légion d’honneur au financier.

François Fillon a adoubé son futur client deux fois

Le 14 mars, François Fillon a été mis en examen notamment pour « détournement de fonds publics » et « recel d’abus de biens sociaux » dans l’affaire des emplois supposés fictifs de sa femme et de ses enfants et « manquements aux obligations de déclarations à la Haute Autorité de la vie publique ». A ce stade de l’enquête, les juges n’ont pas d’éléments suffisants pour mettre au jour un éventuel trafic d’influence.

Les propositions de dignité, c’est-à-dire grand officier et grand-croix (la plus haute distinction), ne peuvent être défendues que par le premier ministre auprès du président de la République. C’est donc, comme la règle l’exige, sur le « rapport » de François Fillon que Nicolas Sarkozy a signé le décret du 31 décembre 2010, qui distingue Marc Ladreit de Lacharrière.

Mais s’il est une chose qui intrigue, c’est la rapidité avec laquelle le chef d’entreprise a gravi les marches de l’ordre : il s’est élevé de chevalier à grand-croix en vingt-quatre ans. L’amiral Philippe... Lire la suite.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 116 / 630071

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La Corruption  Suivre la vie du site Corruption économique  Suivre la vie du site LES INTERMEDIAIRES FINANCIERS  Suivre la vie du site LADREIT DE LACHARRIERE   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License