Paradis fiscaux et judiciaires

Face aux critiques, Glencore réplique

mercredi 24 mai 2017 par marieagnes

Face aux critiques, Glencore réplique

Matières premières Le patron du géant zougois a réagi aux accusations de polluer la planète et de violer les droits humains.

Glencore, qui tient son assemblée générale mercredi, est sous le feu des critiques de plusieurs organisations qui l’accusent de ne pas respecter les droits humains et d’endommager la planète. Mais pour le patron du géant zougois du négoce des matières premières Ivan Glasenberg, ces attaques sont sans fondement.

« Nous sommes une entreprise responsable et non des spéculateurs », a souligné le directeur général, qui a ouvert ses portes aux médias cette semaine. Ce dernier s’est dit très préoccupé par la mauvaise réputation de la multinationale en Suisse et ces nouvelles accusations.

Violations des droits de l’homme

Les critiques portent sur les activités de l’entreprise en Amérique latine. Elles ont été émises par plusieurs organisations non gouvernementales (ONG) internationales, qui ont enquêté durant cinq ans. Parmi elles, figurent Multiwatch suisse et le groupe de travail Suisse - Colombie.

Le rapport publié par ces ONG contient une liste détaillée des dommages environnementaux et sur la santé que la firme aurait causés dans et à proximité de mines en Colombie, en Argentine, au Pérou et en Bolivie. Les organisations accusent également le géant zougois des matières premières de violations des droits humains.

Suisse appréciée

Un grand nombre de ces allégations, comme par exemple celle portant sur la pollution de l’eau, ne concerne pas Glencore, s’est défendue Anna Krutikov, la responsable du développement durable de la firme. D’autres sociétés en sont responsables, selon elle. Elle ajoute que les ONG n’ont pas saisi la complexité de la situation. Et de citer des études qui contredisent les allégations des organisations.

Au sujet de l’initiative sur les multinationales responsables, Glencore la considère comme fondamentalement bonne. Mais la firme pense qu’elle ne servira à rien. Malgré la pluie de critiques en Suisse, Glencore tient à son siège zougois. « L’environnement est bon à Zoug. Il n’y a aucune raison de quitter cette ville », précise Ivan Glasenberg.

Dans le vert

Le patron de la multinationale n’avait plus convié les médias dans son bureau depuis quatre ans. A l’époque, il l’avait fait pour évoquer la fusion avec le groupe minier zougois Xstrata. Depuis ce rachat, l’entreprise sise à Baar (ZG) a fait l’objet de critiques accrues de la part d’ONG. Xstrata a, en effet, apporté à Glencore de nombreuses mines situées dans des pays pauvres mais riches en matières premières.

Après une perte en 2015, la firme de Suisse centrale a renoué avec les chiffres noirs l’année passée. Elle a dégagé un bénéfice de 936 millions de dollars (901,85 millions de francs au cours actuel), après une perte abyssale de 8,1 milliards en 2015.

Glencore compte 155’000 collaborateurs. Outre le négoce, il traite plus de 90 matières premières dont le cuivre, le cobalt, le charbon, le pétrole et le zinc.

(ats/nxp)

Créé : 24.05.2017, 10h12


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 52 / 615679

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Les catastrophes écologiques & sanitaires  Suivre la vie du site L’exploitation minière   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License