Paradis fiscaux et judiciaires

La Weltwoche encore condamnée face à Elmer

samedi 10 juin 2017 par marieagnes

La Weltwoche encore condamnée face à Elmer

Médias L’hebdomadaire de droite s’est rendu coupable d’atteinte à la personnalité et à l’honneur envers un ancien banquier.

L’ex-banquier zurichois Rudolf Elmer n’a pas vendu de données bancaires à des groupes néonazis. La Weltwoche s’est rendue coupable d’atteinte à sa personnalité et à son honneur en affirmant le contraire dans un article de janvier 2011. La justice zurichoise a donné raison sur ce point au lanceur d’alertes autoproclamé.

En mai 2016, le Tribunal de district avait déjà reconnu coupable le magazine de droite dirigé par le conseiller national UDC Roger Köppel d’atteinte à la personnalité dans la même affaire. L’hebdomadaire avait été sanctionné pour avoir prétendu que Rudolf Elmer avait menacé de mort et insulté d’anciens collègues et supérieurs à plusieurs reprises.

Rudolf Elmer avait fait appel, estimant que l’hebdomadaire devait aussi être condamné pour avoir faussement laissé entendre qu’il avait vendu des données bancaires au parti d’extrême-droite PNS/PNOS et à des groupes néonazis. En seconde instance, la Cour suprême a donné suite à cet appel dans un jugement daté du mois dernier, rendu public vendredi.

Antisémitisme suggéré

Dans l’article du 26 janvier 2011, la Weltwoche a non seulement porté atteinte à l’intégrité professionnelle de Rudolf Elmer en tant qu’ancien collaborateur de la Banque Julius Bär, écrivent les juges. Elle suggère aussi une proximité du plaignant avec la scène néonazie et des sympathies pour l’idéologie d’extrême-droite.

Sur cette base, le lecteur moyen est susceptible d’attribuer à Rudolf Elmer une attitude antisémite, l’article soulignant au passage que la Banque Julius Bär est considérée comme juive. Une description des faits aussi incorrecte porte atteinte à l’honneur et à la personnalité du plaignant, conclut la Cour.

Le magazine doit publier le jugement

Ce verdict de seconde instance contraint désormais la Weltwoche à publier une version raccourcie du jugement dans ses pages et sur son site en ligne. En attendant, le jugement peut encore faire l’objet d’un recours au Tribunal fédéral.

Interrogé par l’ats, l’auteur de l’article Alexander Baur tient à relativiser l’importance de ce nouveau jugement. Le tribunal de première instance avait donné raison à la Weltwoche sur 14 des 16 points litigieux, rappelle le rédacteur. Ce chiffre descend à 13 après la décision de seconde instance.

Dans le jugement de première instance, la Weltwoche, son patron Roger Köppel et Alexander Baur avaient aussi été condamnés pour un article publié en 2012. Le magazine y avait qualifié Rudolf Elmer de « voleur de données » et de « maître-chanteur » dans un article intitulé « Traître honorable ». Les conclusions de la justice sur cet aspect restent intactes.

Affaire Elmer devant le TF

Quant à la procédure pénale engagée contre l’ancien banquier, elle n’est pas encore arrivée à son terme. En août 2016, la Cour suprême zurichoise a reconnu Rudolf Elmer coupable de menaces et de faux dans les titres pour avoir voulu se venger de son ex-employeur à travers des courriels menaçants et des lettres falsifiées. En deuxième instance, elle l’a sanctionné de 14 mois de prison avec sursis.

La croisade de Rudolf Elmer contre les paradis fiscaux n’a en revanche pas été retenue contre lui. Il n’a pas été reconnu coupable de violation du secret bancaire. L’affaire est entre-temps remontée jusqu’au Tribunal fédéral (TF), Rudolf Elmer et le Ministère public ayant tous deux fait recours contre ce jugement.

(ats/nxp)

Créé : 09.06.2017, 23h31


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 57 / 588937

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Alliés de la lutte contre les PFJ  Suivre la vie du site Les lanceurs d’alerte   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License