Paradis fiscaux et judiciaires

Après les plus riches, le top 10 des plus pauvres

mercredi 28 juin 2017 par marieagnes

Après les plus riches, le top 10 des plus pauvres

Inégalité Parodiant le célèbre classement « Forbes », une ONG américaine dresse une liste des 100 plus démunis de la planète.

[...] Vivre sans le sous

The Bottom 100 (les 100 plus bas) présente le parcours singulier d’individus ou de familles originaires d’Afrique, du Moyen-Orient, d’Asie et d’Amérique latine. Ils sont réfugiés, sans-abri, paysans, nettoyeurs, ouvriers. Leur point commun ? Vivre avec un revenu de misère. Une photo prise sur fond bleu – un simple tissu, une bâche, une toile de tente – et une courte biographie accompagnent chaque profil, comme celui de Subha Sugendran, 2e de ce classement. Enceinte après avoir été violée à l’âge de 14 ans par son père, cette Malaisienne a dû faire adopter son enfant, avant d’être placée en famille d’accueil. Maltraitée, à nouveau abusée, elle a été obligée de fuir son nouveau foyer. En dehors de quelques vêtements, l’adolescente n’a plus rien. Elle vend des sodas pour acheter un peu de nourriture et dort dans l’entrée de la mosquée d’un village pour plus de sécurité. Son rêve dans la vie ? Avoir des enfants et pouvoir un jour les regarder jouer sous la pluie.

Au 15e rang, on découvre le trajet de vie de Jeanette Johari. Tombée enceinte suite au viol qu’elle a subi à l’âge de 16 ans, elle a été chassée de son village au Congo. Depuis, elle a trouvé refuge dans un camp où elle travaille comme nurse pour un dollar par jour. La jeune femme, qui n’a pas été à l’école, se bat pour arriver à sortir de ce camp afin de s’installer quelque part avec sa fille.

Cannettes contre nourriture

Quelques places plus loin, on est interpellé par le destin de Sunshila, dont le mari a disparu après avoir sombré dans la drogue. Partie à New Delhi pour tenter de le retrouver, cette femme a été dépouillée du peu qu’elle avait. Condamnée à vivre dans la rue, elle collecte des canettes d’aluminium et des bouteilles qu’elle ramène au centre de recyclage en échange de quelques roupies ou de nourriture. Sunshila survit avec le secret espoir de retrouver son homme au détour d’une ruelle de la capitale indienne. Lire la suite.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 54 / 524739

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Génocides et crimes contre l’humanité   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License