Paradis fiscaux et judiciaires

TV : « Le clan Bongo : une histoire française »

vendredi 7 juillet 2017 par marieagnes

TV : « Le clan Bongo : une histoire française »

Notre choix du soir. Le magazine « Complément d’enquête » propose le portrait acide d’un président caricatural, anachronique et si peu représentatif de l’Afrique (sur France 2 à 22 h 45).

LE MONDE | 06.07.2017 à 18h02 | Par Joan Tilouine

On pourrait croire à un documentaire d’histoire, du genre de ceux qui vous plongent dans la grande saga de la Françafrique d’autrefois. Mais on est bien en 2017, au Gabon. On y retrouve un petit président dictateur d’Afrique centrale, une poignée d’avocats et de politiques français mués en intrigants alléchés par le cash, ainsi que quelques capitaines d’industrie. Le genre d’individus qui ont évolué dans l’ombre et ne se révèlent à la lumière qu’une fois fragilisés et démonétisés, pour régler des comptes.

Avec Le Clan Bongo, une histoire française, reportage bien documenté, France 2 offre le portrait acide d’un président caricatural, anachronique et si peu représentatif de l’Afrique.

Car Ali Bongo, le chef d’Etat gabonais, n’est pas « l’un des plus puissants chefs d’Etat africains », il est plutôt « l’un des plus français ». Vu de Johannesburg, de Lagos, de Nairobi, bref en dehors de la petite sphère d’influence française, il est insignifiant. Contrairement à son père, Omar Bongo, pilier de la Françafrique, à qui il a succédé en 2009, cet héritier est dépourvu d’influence régionale, moqué et dénigré par ses pairs africains.

A Librevillle, le téléspectateur n’embarque pas dans l’une de ses somptueuses voitures de luxe qui s’entassent dans le parking de la présidence mais dans un 4 x 4 que le président conduit lui-même dans les faubourgs de la capitale. Ali Bongo, 58 ans, se présente comme un président cool et proche de son peuple.

Une image que se sont efforcées de forger une myriade d’agences de communication en France, attirées par les pétrodollars du régime. Le tout renforcé par des réseaux politiques désuets, tels que la fondation AfricaFrance, qui avait eu le bon goût de le convier en 2015 à un forum « pour une croissance partagée ». Pourtant, de forts soupçons de corruption et de détournements de fonds publics pèsent sur ce président qui se laisse filmer à Londres, dans le studio des Beatles, où on le voit diriger 75 musiciens du London Symphony Orchestra.

« Docteur Jekyll et mister Hyde »

En août 2016, Ali Bongo faisait tirer sur les partisans de son opposant après avoir remporté l’élection présidentielle par la triche, tout comme son baccalauréat, obtenu en France grâce aux pressions de son père...

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/televisions-radio/article/2017/07/06/tv-le-clan-bongo-une-histoire-francaise_5156887_1655027.html#jxKmkRkTKaURA7LM.99


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 74 / 524741

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La Corruption  Suivre la vie du site Corruption politique  Suivre la vie du site LE PERSONNEL POLITIQUE  Suivre la vie du site Clan Bongo   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License