Paradis fiscaux et judiciaires

Sperisen, le dossier qui hante Genève

jeudi 20 juillet 2017 par marieagnes

Sperisen, le dossier qui hante Genève

Fati Mansour
Publié mercredi 19 juillet 2017 à 19:34.

Quel que soit l’épilogue de cette trop longue procédure, ce serait une erreur de conclure que la justice genevoise devait se désintéresser du sang versé au Guatemala et des responsabilités du binational qui avait trouvé refuge sur son territoire

L’affaire Sperisen n’a pas fini de hanter Genève. L’ancien chef de la police nationale du Guatemala a vu sa demande de mise en liberté rejetée. Le récent arrêt du Tribunal fédéral, qui annule le jugement condamnant l’intéressé à la prison à vie pour l’assassinat de dix détenus et qui renvoie la cause pour un nouveau procès, n’y change rien. Ce maintien en détention, motivé par des charges toujours suffisantes et un risque de fuite, sera certainement l’occasion pour la défense de crier une fois de plus à l’acharnement de la justice cantonale, au complot et à plein de terribles choses encore.

Il serait bien naïf de tomber dans cette critique caricaturale. Car, sur une centaine de pages, l’arrêt du Tribunal fédéral souffle le chaud et le froid, validant une bonne partie des faits retenus à l’appui du sévère verdict désormais cassé, tout en admettant parfois une certaine dose d’arbitraire ou des libertés avec les droits procéduraux. De cet arrêt transpire aussi et avant tout une forme d’énervement contre la Chambre pénale d’appel et de révision genevoise, qui voit ses décisions de plus en plus souvent annulées. Les chiffres du pouvoir judiciaire montrent ainsi qu’en 2016, 35% des recours étaient admis par le Tribunal fédéral (contre 16% l’année précédente).

[...] Quant à ceux, trop nombreux, qui réduisent la poursuite à une affaire de succès ou de sous et sont prêts à fermer les yeux sur les pires des crimes de crainte de voir le canton verser des indemnités pour détention injustifiée, ils peuvent être rassurés. Ce ne sera qu’une goutte d’eau au regard des 100 millions de francs encaissés ces deux dernières années en lien avec des affaires financières. Avec les 31 millions déjà versés par une société pétrolière de la place pour mettre fin à ses ennuis pénaux, 2017 s’annonce tout aussi profitable pour les caisses de l’Etat. Mais l’essentiel n’est pas là, et l’acquittement loin d’être acquis. Lire la suite.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 68 / 567049

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Alliés de la lutte contre les PFJ  Suivre la vie du site Les magistrats  Suivre la vie du site Yves Bertossa   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License