Paradis fiscaux et judiciaires

"L’État souhaite-t-il faire de La Réunion un paradis fiscal ?"

mardi 8 août 2017 par marieagnes

Social

"L’État souhaite-t-il faire de La Réunion un paradis fiscal ?"

Le manque de personnel à la DRFIP* inquiète Solidaires Finances Publiques 974. En effet, à compter du 1er septembre 2017, 18 postes vacants seront non remplacés. "Un sale coup" dénonce le syndicat, qui craint que ces suppressions d’emplois n’aient des "impacts directs" sur toute la chaîne de travail, "dégradant le service rendu".

Si jusque-là, notre département était relativement épargné par ces suppressions de postes dans les services fiscaux, "c’était en raison du caractère exceptionnel de la situation économique et sociale de La Réunion" explique Solidaires Finances Publiques 974, avec des services déjà "à flux tendus".

Si certaines missions, comme l’accueil du public, "souffrent déjà" de cette pénurie de personnel, poursuit le syndicat, "au détriment des contribuables et du personnel", d’autres missions comme le conseil et les services aux collectivités locales ou la fiabilisation des bases d’imposition des impôts locaux, "vont se dégrader par manque de personnel".

"C’est le contrôle fiscal que l’on pénalise" ajoute Magali Billard. "Un paradoxe" selon elle, "alors qu’il y a en France, selon les chiffres de 2015, un manque à gagner par l’État de 80 milliards d’euros par an, dont 400 à 500 millions d’euros à La Réunion, en raison de la fraude fiscale".

"Il ne faut pas oublier que nous étions déjà en sous-effectif depuis plusieurs années. Si on nous enlève des emplois, je force le trait mais peut-être l’État souhaite-t-il faire de La Réunion un paradis fiscal. Les agents des finances publiques ont leur rôle à jouer. Au lieu de faire du contrôle fiscal, on va faire du CICE", ironise pour sa part le secrétaire adjoint de Solidaires, Pascal Valiamin.

De la "malhonnêteté" de la part de l’État

Outre le non-renouvellement annoncé de ces 18 postes, Solidaires Finances Publiques 974 est revenu sur les mesures fiscales annoncées par le gouvernement, "qui baignent dans le flou le plus total". "Le gouvernement a fait de grandes annonces sur la taxe d’habitation ou encore l’impôt sur la fortune un peu comme des promesses électorales qu’on a décidé de tenir sans donner de détails. On nous dit seulement qu’il faut faire 13 milliards d’économies sur trois ans sans dire comment les collectivités vont combler ces non-rentrées d’argent", déplore Magali Billard.

Cette dernière voit là une "malhonnêteté" de la part du gouvernement, notamment sur la réforme de la taxe d’habitation.. Lire la suite.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 53 / 571638

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le continent européen  Suivre la vie du site La France   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License