Paradis fiscaux et judiciaires

Le 9 août 2007, BNP Paribas met le feu à la crise des "subprimes" en Europe

mercredi 9 août 2017 par marieagnes

Le 9 août 2007, BNP Paribas met le feu à la crise des "subprimes" en Europe

Un an avant la chute de Lehman, la banque annonce la fermeture de Sicav adossées aux subprimes américains. Une étincelle qui embrase la planète finance.

De notre correspondant à Londres, Marc Roche*
Modifié le 09/08/2017 à 13:02 - Publié le 08/08/2017 à 07:05 | Le Point.fr

La crise financière à l’origine du crash n’a pas démarré, comme tout le monde le croit, le 15 septembre 2008 avec la chute de Lehman Brothers, mais un an plus tôt. C’est en fermant trois de ses fonds Sicav que BNP Paribas a mis, sans le savoir, le feu à la planète finance le 9 août 2007. Les investisseurs n’étaient pas au courant que ces Sicav « dynamiques », assurant un meilleur rendement, étaient adossées aux fameux crédits hypothécaires à risque américains, les subprimes.

Il n’y a aucun nuage à l’horizon en cet été 2007, au propre comme au figuré. La France a un nouveau président, Nicolas Sarkozy, élu le 6 mai. L’UMP a remporté haut la main les élections législatives et depuis le remaniement du 18 juin, l’ancienne avocate d’affaires, Christine Lagarde est ministre de l’Économie, des Finances et de l’Emploi. Le chômage est au plus bas sur fond de croissance soutenue.

En apparence, il n’y a donc pas de quoi s’inquiéter. L’établissement de la rue d’Autin a annoncé de bons résultats trimestriels le 2 août. BNP Paribas n’a pas de problème de liquidités. Par ailleurs, les montants des trois Sicav concernées (entre 2 et 3 milliards d’euros) sont dérisoires par rapport à la totalité des fonds sous gestion, soit 700 milliards d’euros. Tout va très bien, chers épargnants !

Panique

Lors de la conférence de presse, le directeur général, Baudouin Prot, affirme que la banque n’est pas impactée par les subprimes américains puisqu’elle n’en possède pas dans son bilan. C’est à la fois vrai et faux. Car il ignore que trois de ses fonds, destinés surtout à des investisseurs institutionnels, comprennent des crédits toxiques américains qui permettent d’offrir une rémunération supérieure aux porteurs comme à la banque. Au sein du mastodonte qu’est BNP Paribas, la main gauche, la direction générale, ignore ce que fait la main droite, la gestion de patrimoine.

Mais la planète financière danse sur un volcan. En mars-avril 2007, deux hedge funds liés à l’immobilier d’outre-Atlantique de la banque d’affaires new-yorkaise Bear Stearns font faillite. En juillet 2007, des structures identiques vendues par deux institutions françaises, la banque Oddo et l’assureur Axa, sont fermées. Avec le renflouement, fin juillet, par les autorités allemandes de la banque IKB menacée de faillite, la situation s’assombrit. Lire la suite.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 80 / 571638

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site La Corruption  Suivre la vie du site Corruption économique  Suivre la vie du site LES BANQUES  Suivre la vie du site La crise des subprimes  Suivre la vie du site BNP / Le 9 août 2007, le début de la crise des « (...)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License