Paradis fiscaux et judiciaires

L’Europe, premier paradis fiscal

mardi 5 septembre 2017 par marieagnes

Chronique « Economiques »

L’Europe, premier paradis fiscal

Par Anne-Laure Delatte, chargée de recherches au CNRS, professeure invitée à Princeton — 4 septembre 2017 à 17:36 (mis à jour à 18:28)

L’ONG Oxfam a publié en mars un rapport annuel sur l’activité juteuse des banques européennes dans les paradis fiscaux. Sans conséquences six mois après.

Il paraît qu’une feuille A4 pleine de symboles mathématiques et de lettres grecques est restée affichée un moment dans un bureau Oxfam à Paris. Oxfam, c’est cette ONG qui lutte contre la pauvreté, et l’équation était tirée d’une présentation que nous étions venus faire chez eux un beau matin d’automne. L’ONG est très présente sur le terrain contre les paradis fiscaux, et nous avions repéré qu’ils avaient des données intéressantes pour nous. Celles-ci rapportaient l’activité de toutes les filiales étrangères des 20 plus grandes banques européennes. Grâce à ces données, on pouvait donc connaître le chiffre d’affaires réalisé par les filiales de la banque Barclays à Jersey, au Luxembourg ou aux Bahamas.

C’est au sortir de la crise financière qu’une directive européenne a imposé aux banques européennes de reporter l’activité de chacune de leur filiale étrangère (dans le jargon, il s’agit du reporting pays par pays). L’Europe est la seule au monde à imposer cette règle à ses banques. Pas mal ! Mais, si ces données sont publiques, elles sont souvent bien cachées. Il faut trouver dans quel rapport financier annuel la banque a reporté les informations, puis entrer à la main, sur un fichier de calcul, les différents chiffres de chaque filiale (nombre d’employés, chiffre d’affaires, bénéfices, etc.). Certaines banques n’ont qu’une filiale à l’étranger et d’autres, comme la Société générale, en ont 68. C’est long. Or, l’équipe paradis fiscaux d’Oxfam a collecté ces données dès qu’elles ont été publiques et a mené depuis un travail inédit (1).

En mars, ils révélaient que les 20 banques européennes déclarent 628 millions d’euros dans des paradis fiscaux où elles n’ont pourtant aucun employé. Barclays a déclaré à elle seule 557 millions d’euros de bénéfices au Luxembourg et a versé seulement un million d’euros d’impôt, c’est-à-dire… 0,2 %.

[...] Les paradis fiscaux les plus fréquentés par les banques européennes sont en Europe, avec, en haut du podium, le Luxembourg, Guernesey et l’île de Man. Pas étonnant… enfin, si, un peu quand même. Point de Panamá, de Caïmans, de Bahamas… vraiment ? Nous avons d’abord cru à un biais géographique puisque nous n’examinions que des banques européennes. Mais cela nous a paru curieux. Alors, notre super stagiaire, Pranav, qui ne recule devant rien, a cherché la trace de filiales sur le Net. Et il en a trouvé beaucoup. Non seulement chaque banque a au moins un établissement dans un des trois super-paradis, mais parfois c’est bien plus. Nous avons trouvé 50 filiales de la banque Barclays aux Caïmans sur le Net alors qu’elle n’en déclare aucune dans son rapport annuel. Ces données sont-elles donc toutes fausses ? Non. En majorité, elles reflètent la réalité. Lire la suite sur le journal Libération.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 103 / 614983

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Alliés de la lutte contre les PFJ  Suivre la vie du site Plateforme Paradis Fiscaux et Judiciaires  Suivre la vie du site OXFAM FRANCE - AGIR ICI   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License