Paradis fiscaux et judiciaires

La cavale sans fin d’un repenti de la mafia corse

mardi 19 septembre 2017 par marieagnes

La cavale sans fin d’un repenti de la mafia corse

Claude Chossat, ancien garde du corps de Francis Mariani, un des parrains de la Brise de Mer, vit traqué dans la crainte des représailles. Depuis qu’il a brisé l’omerta, il n’a jamais obtenu de protection officielle. Rencontre avec un des hommes les plus menacés de France à l’occasion de la sortie de son livre-événement "Repenti".

Vincent Monnier Publié le 18 septembre 2017 à 14h56

Il nous a donné rendez-vous dans un hôtel situé à plus de deux heures de son domicile. La veille, il s’est renseigné pour s’assurer que le hall de l’établissement serait bien désert à ce moment de la journée. Ne rien laisser au hasard. Etre en permanence sur le qui-vive. Se méfier de tout, même de son ombre. Depuis sa sortie de détention provisoire en 2012, Claude Chossat mène une vie d’homme traqué. L’intéressé est le premier repenti de l’histoire du banditisme corse. Un repenti de faits mais pas de droit. Il s’est vu refuser le statut de collaborateur de justice, mis en place en 2014, qui lui aurait assuré changement d’identité et protection. Il doit se protéger seul.

Malheur à celui qui brise l’omerta

Or malheur à celui qui brise l’omerta, cette loi d’airain des hors-la-loi insulaires. Un vieux dicton corse ne dit-il pas que les mouches ne peuvent pas rentrer dans une bouche fermée ? Depuis ses révélations consignées sur procès-verbaux, l’ancien malfrat est devenu l’un des hommes les plus menacés de France.

Dans "Repenti", le livre-événement qui sort le 20 septembre chez Fayard et dans lequel il dévoile les coulisses de la Brise de Mer, le légendaire gang mafieux, il confie :
"Parfois je me demande ce que c’est, une vie normale. Je crois que je n’en ai plus le souvenir."

Le sous-sol de l’Evêché, le commissariat central de Marseille, sera son confessionnal. Lors de ses auditions, il livre quelques-uns des secrets les mieux gardés de la Brise de Mer : les ramifications du gang, ses intérêts économiques, les clés pour mieux comprendre la litanie d’assassinats qui ensanglante alors le milieu insulaire… Selon des sources judiciaires, ses révélations auraient permis aux policiers de faire des avancées majeures dans une dizaine de dossiers, notamment l’enquête sur le Cercle Wagram, le cercle de jeu parisien aujourd’hui fermé, véritable trésor de guerre de la Brise de Mer. Lire la suite.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 72 / 630114

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Alliés de la lutte contre les PFJ  Suivre la vie du site La lutte contre les mafias   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License