Paradis fiscaux et judiciaires

Extradition d’un tortionnaire argentin présumé : la justice française émet un nouvel avis favorable

jeudi 19 octobre 2017 par marieagnes

Extradition d’un tortionnaire argentin présumé : la justice française émet un nouvel avis favorable

L’extradition vers l’Argentine de Mario Sandoval, un ex-policier mis en cause dans la disparition d’un étudiant pendant la dictature (1976-1983), était examinée à nouveau par la justice française.

Le Monde.fr avec AFP | 19.10.2017 à 12h38 • Mis à jour le 19.10.2017 à 13h14

La justice française a donné, jeudi 19 octobre, un nouvel avis favorable à l’extradition vers l’Argentine de Mario Sandoval, un ex-policier franco-argentin mis en cause dans la disparition d’un étudiant pendant la dictature (1976-1983).

Cela fait cinq ans que l’Argentine réclame l’extradition de cet homme, installé à Paris depuis 1985 et naturalisé français en 1997, soupçonné d’avoir participé à plus de cinq cents faits de meurtres, tortures et séquestrations, sous les ordres du régime du général Jorge Videla – dont l’enlèvement, le 30 octobre 1976, d’Hernan Abriata, étudiant en architecture qui fut détenu à l’Ecole de mécanique de la marine.

Il est poursuivi à Buenos Aires pour « crimes contre l’humanité, privation de liberté et torture ayant entraîné la mort ». Le dossier Abriata est le seul sur lequel Buenos Aires s’appuie pour demander son extradition, car elle dispose d’une dizaine de dépositions qui l’impliquent. La chambre de l’instruction s’est donc elle aussi appuyée sur ce seul dossier pour rendre son avis favorable. Quelque 5 000 personnes passées par le centre de torture tristement célèbre de la dictature argentine ont disparu, souvent jetées depuis des avions dans le rio de la Plata.

En mai 2014, la cour d’appel de Paris avait émis un premier avis favorable à l’extradition, réclamée par Buenos Aires depuis 2012. Mais en février 2015, la Cour de cassation avait refusé de donner son accord pour un motif lié à la prescription des faits. La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Versailles avait alors été désignée pour se prononcer de nouveau sur cette question.

La prescription à nouveau en question

« La seule manière dont on peut dire qu’une disparition suivie d’une séquestration a pris fin, c’est lorsque la personne réapparaît », que « tout ou une partie de son corps est retrouvé » ou si des « témoins attestent de son décès », avait argué l’avocat général Jacques Hossaert à l’audience, le 14 septembre. Or, Hernan Abriata n’a pas reparu ni son corps été retrouvé depuis la fin de la dictature. L’infraction – la séquestration – est par conséquent réputée « continue » et « la prescription » dans ce dossier « toujours pas acquise », avait conclu le magistrat, en ne s’opposant donc pas à la demande d’extradition.

« Il ne faut pas permettre que la justice française devienne le refuge des grands criminels de la seconde moitié du XXe siècle », avait pour sa part plaidé Me Sophie Thonon-Wesfreid, qui défend les intérêts de la République d’Argentine.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2017/10/19/extradition-d-un-tortionnaire-argentin-presume-la-justice-francaise-emet-un-nouvel-avis-favorable_5203279_3222.html#ECKFFbp7MLIrzBSc.99


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 36 / 629906

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Histoire  Suivre la vie du site Histoire mondiale   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License