Paradis fiscaux et judiciaires

Les Grands-Mères de la place de mai, 40 bougies

vendredi 27 octobre 2017 par paradisfj.info

Les Grands-Mères de la place de mai, 40 bougies

Argentine L’organisation, qui fêtait ses 40 ans jeudi, a identifié le 125e enfant enlevé par les militaires durant la dictature.

Les Grands-Mères de la place de mai ont fêté jeudi le 40e anniversaire de leur organisation et l’identification du 125e enfant enlevé par les militaires durant la dictature (1976-83) en Argentine.

« Aujourd’hui, nous avons retrouvé le 125e petit-enfant », a déclaré la présidente historique de l’ONG, Estela de Carlotto, arrachant des larmes aux invités rassemblés pour l’occasion. Les Mères de la place de mai, nées quelques mois plus tôt en avril 1977, réclament leurs enfants, victimes de la répression de la junte, alors que les Grands-Mères de la place de mai sont à la recherche des enfants des opposantes détenues alors qu’elles étaient enceintes. Elles ont généralement pu accoucher avant d’être éliminées et leurs enfants ont été confiés en adoption à des familles proches du régime, sous de fausses identités.

Les Grands-Mères vieillissantes continuent les recherches, espérant résoudre encore 300 cas. Elles encouragent les Argentins nés pendant la dictature, ayant un doute sur leur identité, à faire un test ADN pour comparer leur empreinte génétique à celle des parents des prisonnières politiques identifiées comme enceintes au moment de leur arrestation. Coiffées de leurs traditionnels foulards blancs, les « abuelas » aux jambes frêles affichent une détermination sans faille.

Bébés volés de la dictature

Jeudi soir dans la salle de concert du majestueux Centre culturel Kirchner de Buenos Aires, le compositeur Gustavo Santaolalla, décoré de deux Oscars pour ses musiques de films, a mis en musique la cérémonie.

« Je célèbre les Grands-Mères pour leur lutte merveilleuse pour la mémoire. Elles ont réussi à transformer la terreur et l’horreur en amour et espérance », a dit le musicien. Quand « le petit-fils récupéré » d’Estela Carlotto, le pianiste Ignacio Montoya Carlotto, est monté sur scène avec ses musiciens, les Grands-Mères ont écrasé une larme, en applaudissant à tout rompre. « La lutte des Grands-Mères est exemplaire », insiste Taty Almeida, dirigeante des Mères de la place de mai.

En 2012, l’ex-dictateur Jorge Videla et d’autres dignitaires du régime militaire ont été lourdement condamnés par la justice argentine lors du procès des bébés volés de la dictature.

(afp/nxp)

Créé : 27.10.2017, 05h45


Accueil | Contact | Mentions légales | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 62 / 745795

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Histoire  Suivre la vie du site Histoire mondiale   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License