Paradis fiscaux et judiciaires

Affaire Ben Barka, l’histoire d’une trahison

samedi 4 novembre 2017 par paradisfj.info

Compte rendu

Affaire Ben Barka, l’histoire d’une trahison

Retour en trois épisodes sur l’affaire Mehdi Ben Barka, principal opposant au régime marocain, enlevé à Paris en 1965.

Par Joan Tilouine, Charlotte Bozonnet et Jacques Follorou

LE MONDE Le 03.11.2017 à 19h40 • Mis à jour le 03.11.2017 à 22h44

Depuis cinquante-deux ans, la justice française attendait de savoir ce que cachaient les services secrets sur une affaire qui a marqué durablement notre mémoire collective : l’enlèvement, à Paris, le 29 octobre 1965, de Mehdi Ben Barka, principale figure de l’opposition marocaine et d’un tiers-monde en voie d’émancipation

Cet événement, d’abord criminel, orchestré par des voyous barbouzards pour le compte des autorités marocaines, devint une affaire d’Etat quand il apparut que deux policiers français avaient participé au kidnapping du Marocain et que le coordinateur de l’opération était un informateur des services secrets français. Le pouvoir gaulliste de l’époque fut ébranlé par le soupçon pesant sur ses services de police et de renseignement d’avoir supervisé l’enlèvement.

Depuis cinquante-deux ans, la justice française attendait de savoir ce que cachaient les services secrets sur une affaire qui a marqué durablement notre mémoire collective : l’enlèvement, à Paris, le 29 octobre 1965, de Mehdi Ben Barka, principale figure de l’opposition marocaine et d’un tiers-monde en voie d’émancipation.

Cet événement, d’abord criminel, orchestré par des voyous barbouzards pour le compte des autorités marocaines, devint une affaire d’Etat quand il apparut que deux policiers français avaient participé au kidnapping du Marocain et que le coordinateur de l’opération était un informateur des services secrets français. Le pouvoir gaulliste de l’époque fut ébranlé par le soupçon pesant sur ses services de police et de renseignement d’avoir supervisé l’enlèvement.
Individu très surveillé par la France

Jamais, jusqu’à aujourd’hui, l’Etat français n’avait pour autant accepté d’ouvrir les archives de ses services secrets pour lever le voile sur son rôle. Voilà pourquoi le versement de 89 pièces, déclassifiées au mois d’avril, dans le dossier instruit par Cyril Paquaux, neuvième juge chargé de l’homicide de Ben Barka, constitue une première.

De plus, alors que Paris a toujours prétendu avoir eu connaissance de l’enlèvement de Ben Barka après sa réalisation, de nouveaux témoignages recueillis fin 2004 par le juge d’instruction Patrick Ramaël, alors chargé de l’affaire, sont venus contredire la version officielle et ouvrir la voie aux accusations de non-dénonciation de crime, voire de complicité. Enfin, les documents déclassifiés des services secrets français attestent que l’opposant marocain était un individu très surveillé par la France.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/11/03/affaire-ben-barka-l-histoire-d-une-trahison_5209981_3212.html#RA5XHyTjuIhbme5U.99


Accueil | Contact | Mentions légales | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 70 / 745795

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Le financement du terrorisme  Suivre la vie du site Repère  Suivre la vie du site Les Services secrets  Suivre la vie du site Les opérations contre les combattants de la liberté   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License